Infrastructures de paix: Ouest ivoirien, se réinventer pour la paix

Type: Size:

 

Pendant la crise politico-militaire en Côte d’Ivoire, le District des Montagnes, à l’ouest du pays, était particulièrement affecté, faisant face à une absence flagrante d’autorité – tant étatique que coutumière. En réponse, des Comités de Paix menés par les communautés ont été mis en place principalement à l’initiative des ONGs afin de servir comme mécanisme alternatif de résolution des conflits et de prévention de violence. Avec la fin de la crise et la normalisation graduelle de la situation humanitaire, de nombreuses ONGs ont quitté le District des Montagnes alors que les autorités coutumières et étatiques y retournaient. Tandis qu’un nombre significatif des Comités de Paix n’a pas su s’adapter au nouveau contexte et a par conséquent cessé d’exister, d’autres ont réussi à se réinventer en modifiant leurs mandat et approche afin de rester pertinent et faire face aux nouveaux défis.

Le film présente les éléments clés de succès qui contribuent à la pérennisation des actions des Comités de Paix dans le District des Montagnes en Côte d’Ivoire : 1) Les Comités de Paix mettent désormais le focus sur une implication plus forte des communautés et notamment des femmes ainsi que sur des dialogues individuels à la place des campagnes de sensibilisation de masse. Cette approche aide à identifier de manière plus efficace les préoccupations des membres de la communauté et à anticiper et prévenir des sources potentielles de violence en réunissant tous les acteurs – y inclus les auteurs de violence – autour de la table. 2) Les Comités de Paix sont devenu un soutien effectif des autorités locales et représentent ainsi des acteurs essentiels de l’infrastructure locale pour la paix. 3) La force motrice derrière les Comités de Paix est l’engagement citoyen de la part des membres de la communauté dont la motivation personnelle est de contribuer à la paix au niveau local.


During the military-political crisis in Côte d’Ivoire, the Mountain District in the West of the country was particularly affected and faced a striking lack of State and traditional authorities. As a response, community-led peace committees were put into place mainly by NGOs in order to provide for an alternative dispute resolution and violence prevention mechanism. With end of the crisis and a gradual normalisation of the humanitarian situation, many NGOs left, whereas State and traditional authorities moved back to the Mountain District. While a significant number of these peace committees did not manage to adapt to the evolving context and thus ceased to exist, some peace committees managed to reinvent their mandate and their approach in order to remain relevant and to face new challenges.

This film presents key success factors that contribute to the sustainability of the peace committees’ actions in the Mountain District in Western Côte d’Ivoire: 1) the local peace committees now focus on a stronger involvement  of the community, especially of women, as well as on an individual dialogue rather than mass awareness raising campaigns. This approach helps more effectively to detect people’s preoccupations at an early stage and to anticipate and prevent potential sources of conflict by gathering all actors – including perpetrators of violence – around the table; 2) local peace committees have become an effective support for local authorities in their daily work, which makes them an essential actor for the local peace architecture; 3) the driving force behind the sustainable actions of the committees is the personal commitment of its members whose personal and sole motivation is to contribute to peace in their community.