Mozambique

Lorsque Interpeace a commencé à travailler au Mozambique en juillet 1995, le pays était en pleine transition de la guerre à la paix. La centaine d’agences d’aide internationales présentes évaluaient leur rôle et leur utilité dans le pays. Leur relation avec le gouvernement Frelimo était devenue tendue alors que celui-ci cherchait à se réaffirmer et à ne pas dépendre de l'aide.

L'offre d'Interpeace de fournir un lieu impartial pour discuter de questions politiquement sensibles a été bien accueillie par le gouvernement, la société civile et la communauté internationale.

Après avoir consulté un large éventail d'acteurs, quatre priorités nationales pour la reconstruction et la réconciliation ont été identifiées : la réintégration des soldats démobilisés, un rôle accru des médias dans la promotion de la démocratie et du développement, une participation plus importante à l'autonomie locale et des changements dans les politiques d'ajustement structurel agricole.

C'était la première fois en dehors des cercles intellectuels que des personnes de différentes régions et affiliations politiques se réunissaient pour écouter les points de vue l'une de l'autre.

La recherche locale a contribué à mettre fin à l'impasse entre le gouvernement et les organisations d'anciens combattants pour savoir si les soldats avaient été réintégrés avec succès.

Le Centre d'étude de la démocratie et du développement (Centre for the Study of Democracy and Development) a été créé en tant qu'institution locale pour promouvoir le dialogue entre les principaux acteurs sur les politiques et les programmes de développement. En avril 1998, le projet a pris fin et la responsabilité du programme a été transférée à cette entité.