Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace

Approches pour favoriser la paix dans la région du Rift Nord au Kenya

14 avril, 2023
Est. Reading: 3 minutes

Il y a eu une augmentation des vols de bétail, des meurtres et des crimes violents dans la région du Rift Nord. En réponse, le gouvernement a mis en œuvre une opération policière musclée et un couvre-feu du crépuscule à l'aube conjointement avec les Forces de défense du Kenya (KDF), à compter du 14 février 2022. Ces mesures, qui ciblent certaines parties de Turkana, Samburu, Baringo, Elgeyo Marakwet, West Pokot et Laikipia, visent à rétablir un niveau de sécurité et de stabilité.

Le couvre-feu peut contribuer à rétablir un sentiment de normalité pendant quelques mois et même à faciliter la récupération des armes à feu illégales, mais la situation dans la région du Rift Nord nécessite une approche plus globale et stratégique impliquant toutes les parties prenantes. En effet, les incidents de violence se sont multipliés depuis la mise en place de l’opération de sécurité. La Commission nationale de cohésion et d'intégration (NCIC)/Programme de consolidation de la paix d'Interpeace Kenya facilite les dialogues de paix communautaires dans les comtés de Baringo, Samburu, Turkana, Elgeyo Marakwet et West Pokot, dans la région du Rift Nord, depuis 2019. Cette approche a abouti à plusieurs accords de paix entre communautés ayant des griefs de longue date – provoquant des périodes de paix et de stabilité relatives dans certaines parties du Rift Nord qui ont vu la réouverture des écoles et des routes, ainsi que des interactions accrues entre les groupes. Même si la montée actuelle de la violence prend principalement la forme de raids sur le bétail commercialisé et de (contre-)attaques entre les groupes armés et le gouvernement, elle a miné ces acquis de la paix et risque de faire dérailler davantage les processus de paix entre les communautés.

Les causes sous-jacentes de l’insécurité dans le Rift Nord sont multiples et interconnectées, enracinées dans une longue histoire de marginalisation et de violence qui a engendré une méfiance profondément ancrée à l’égard du gouvernement et la conviction que les communautés doivent assumer la responsabilité de leur propre sécurité. Ce manque de confiance se reflète également dans les relations entre communautés, caractérisées depuis longtemps par des affrontements violents. Les attaques de vengeance sont souvent liées aux vols de bétail, qui sont passés d'une pratique culturelle à une activité essentiellement commerciale. Les jeunes sont particulièrement vulnérables à ces raids en raison du manque d’opportunités économiques. Le changement climatique exacerbe encore cette dynamique, car il réduit la viabilité des moyens de subsistance et des modes de vie pastoraux et peut déclencher des affrontements violents alors que les communautés aux griefs profondément enracinés se disputent des points d’eau et des zones de pâturage de plus en plus rares. Cette situation est encore exacerbée par la prolifération des armes légères et de petit calibre, qui sont facilement accessibles en raison de la porosité des frontières et des années de conflit armé dans les pays voisins.

Le représentant national du Kenya du programme de consolidation de la paix d'Interpeace offre des informations et des recommandations inestimables pour aider toutes les parties prenantes travaillant avec le gouvernement à résoudre le conflit dans le Rift Nord. 

Compte tenu des nombreux défis, il est peu probable que l’approche de sécurité stricte annoncée par les autorités soit couronnée de succès à long terme. Même s’ils peuvent apporter une stabilisation temporaire, les exercices de désarmement seront voués à l’échec si les motivations sous-jacentes à la possession d’armes, telles que la sécurité et les moyens de subsistance des communautés, ne sont pas prises en compte. Un recours excessif à la force pourrait exacerber davantage les causes sous-jacentes du conflit et renforcer le ressentiment à l’égard du gouvernement. Par conséquent, l’opération de sécurité doit donner la priorité à l’établissement de la confiance avec les communautés et à une réponse efficace aux informations d’alerte précoce. En outre, ces efforts devraient faire partie d'une approche globale mise en œuvre par le biais de partenariats trans-silos et axée sur le développement économique du Rift Nord, la réduction de la vulnérabilité des communautés au changement climatique et l'approfondissement des processus de confiance et de paix entre les deux communautés.