De la politique à la pratique - Un partenariat avec les jeunes pour construire une paix durable

9 août, 2022

Anjli Parrin, Faire avancer la paix par une approche de la justice transitionnelle centrée sur les jeunes

Anjli Parrin, Advancing Peace Through a Youth-Centered Approach to Transitional Justice

Il y a sept ans, la résolution 2250 du Conseil de sécurité de l'ONU sur « Jeunes, paix et sécurité (JPS) » reconnaissait la contribution positive des jeunes au maintien et à la promotion de la paix et de la sécurité. Elle exhortait les États membres à accroître la représentation et la participation significative des jeunes aux efforts de prévention des conflits et de consolidation de la paix. Dans sa mise en œuvre, cependant, le programme de la JPS a été confronté à un certain nombre de défis en termes d'accès, de ressources et de représentation. La participation des jeunes et leur capacité à influencer la prise de décision sont souvent limitées par des obstacles structurels et des investissements insuffisants pour faciliter leur inclusion et leur autonomisation. En conséquence, elle a parfois été négligée ou manipulée. L'un des objectifs de la Journée internationale de la jeunesse de cette année, le 12 août,thest de sensibiliser aux obstacles liés à l'âge dans divers domaines où la vie des jeunes est affectée, comme l'emploi, la participation politique, la santé et la justice.

Depuis plus de 28 ans, Interpeace travaille et s'associe à des jeunes en Afrique, en Amérique latine, en Europe, au Moyen-Orient et en Asie, dans des pays où les jeunes sont affectés par les cycles de conflits prolongés et sont confrontés à la violence physique, au recrutement forcé dans des groupes armés, à la transmission intergénérationnelle des traumatismes et aux déplacements forcés et où ils n'ont plus accès à la scolarité, à l'emploi et aux moyens de subsistance. Depuis sa création, l’organisation s'est efforcée de s'assurer que le travail est mené, possédé et dirigé par les jeunes au niveau national, car nous pensons qu'investir dans leurs voix, leur marge de manœuvre et leur leadership aura un impact profond sur la construction d'une paix durable. L'un des principaux objectifs de nos programmes est donc de renforcer les capacités de résilience des jeunes et de donner la priorité à leur participation à la construction de la résilience sociale et politique, en particulier dans les domaines où celle-ci est essentielle : changement climatique, justice transitionnelle et santé mentale, pour n'en citer que quelques-uns.

Actuellement, le travail d'Interpeace le domaine de la jeunesse, de la paix et de la sécurité s'étend à la plupart de ses programmes nationaux, notamment en Côte d'Ivoire, au Burundi, au Yémen, au Burkina Faso, au Rwanda et en Somalie, ainsi qu'à son programme régional dans la région des Grands Lacs africains. Grâce à la plateforme numérique “Outside the Box” digital platform récemment lancée, l’organisation offre aux jeunes hommes et femmes un espace pour amplifier leurs voix et leur leadership au niveau mondial.

Gasorwe Commune,Muyinga Province in Burundi. Photo credit: CENAP

La paix et la sécurité des jeunes en pratique

« J'ai compris que je peux être le problème si je ne m'engage pas, si je ne fais pas le premier pas. Mais j'ai aussi compris que je peux être la solution en rassemblant les jeunes », Idriss Ouattara, membre de l'association Génération Consciente de Côte d'Ivoire à Bocabo (GCCI).

En Côte d'Ivoire, Interpeace et son partenaire local Indigo Côte d'Ivoire ont cherché à revenir au principe de base de l'agenda JPS en faisant des jeunes les architectes de la consolidation de la paix dans leurs communautés, en soutenant et en travaillant avec les initiatives existantes dirigées par des jeunes et en s'assurant que les jeunes étaient responsables de la conception et de la mise en œuvre des composantes clés du projet.

Dans ce pays, les jeunes sont généralement considérés comme des acteurs clés de la violence politique, victimes de l'instrumentalisation politique et de la mobilisation violente, en particulier dans les contextes électoraux. Avec le soutien et les conseils d'Interpeace et d'Indigo, des groupes de jeunes ont mené une recherche-action participative (RAP) sur cette question . A partir des résultats recueillis, ils ont procédé à la conception de nouvelles actions de prévention de la violence politique, en mettant en pratique les outils JPS dans leur contexte. En outre, les groupes de jeunes ont développé et mis en œuvre des campagnes de plaidoyer et de communication basées sur ces résultats.

Cet échange a renforcé les capacités des groupes de jeunes à rendre leurs initiatives de prévention de la violence et de cohésion sociale plus stratégiques, plus efficaces, plus impactantes, plus inclusives et plus durables. La publication Mise en pratique de l'Agenda Jeunes, Paix et Sécurité en Côte d'Ivoire reprend les principales leçons et bonnes pratiques de l'initiative. Elle aide à relever le défi de la mise en œuvre de celui-ci , tant au niveau national que local, et fournit un guide pratique aux gouvernements, agences, organisations internationales, ONG et aux représentants du secteur privé qui souhaitent renforcer la participation des jeunes et leur contribution aux efforts de paix et de sécurité.

Autonomisation politique et économique des collectifs de jeunes

« Entreprendre un projet de développement ensemble nous a fait réaliser que notre diversité politique est plus un atout qu'un obstacle », Jeunes de la Commune de Gasorwe, Province de Muyinga, Burundi.

Au Burundi, où les jeunes représentent la majorité de la population (65%), Interpeace et son partenaire local, le Centre d'alerte et de prévention des conflits (CENAP), travaillent avec des jeunes affiliés à différents partis politiques pour prévenir la violence et promouvoir des processus électoraux pacifiques. En s'engageant dans des formations et des débats et en créant des collectifs, le programme a vu des jeunes dépasser les lignes de parti pour combattre les stéréotypes et les rumeurs et il a contribué à arrêter les conflits potentiels avant même qu'ils ne commencent.

En outre, les jeunes ont créé des projets communs et des réseaux de leur propre initiative, comme la création d'une Coopérative unie de jeunes pour le développement intégral (CJUDI) qui rassemble des jeunes de différents partis politiques. Les collectifs de jeunes travaillent ensemble sur des initiatives communautaires et entrepreneuriales, favorisant la cohésion sociale et renforçant la confiance.

Young people discuss the political and socio-economic challenges of their community to submit to their elected representatives -Rugazi Commune, Bubanza Province, Burundi. Photo credit: CENAP

Renforcer l'infrastructure de consolidation de la paix pour améliorer la résilience pour la paix

Au Yémen, Interpeace s'est associé à Youth Without Borders for Development (YWBOD), une organisation yéménite de consolidation de la paix qui s'efforce de donner aux jeunes les moyens de jouer un rôle important et efficace pour apporter des changements positifs. Le projet vise à encourager le potentiel des jeunes à influencer la résolution des conflits de manière positive et pratique, et à transmettre ces connaissances aux décideurs. Il vise à informer et à former une série d'acteurs au niveau communautaire pour qu'ils participent aux processus locaux de consolidation de la paix, afin de renforcer la résilience à la paix, en se concentrant sur ce qui fonctionne plutôt que sur les questions qui créent des divisions.

Grâce à des approches participatives, Interpeace et YWBOD organisent des cours de renforcement des capacités avec des organisations de la société civile et des initiatives de jeunes yéménites, telles que Youth, Peace and Security Pact - Yemen. Celles-ci mènent désormais des recherches fondées sur des preuves et mettent en œuvre des activités de résilience communautaire à Aden et Taëz, les jeunes jouant un rôle central dans la collecte des indications.

Autonomiser les jeunes dans la région des Grands Lacs

Grâce à une nouvelle initiative régionale, Interpeace et ses partenaires locaux fournissent aux jeunes du Burundi, de la République démorcatique du Congo (RDC), du Rwanda et de l'Ouganda les compétences et les connaissances dont ils ont besoin pour jouer un rôle plus efficace dans les processus de paix régionaux. Le Youth Innovation Lab for Peace (YouthLab) des Grands Lacs est une initiative de 30 mois, lancée en janvier 2021, mise en œuvre en partenariat avec Never Again Rwanda (NAR), le Pole Institute, le Centre d'alerte et de prévention des Conflits (CENAP) et le Refugee Law Project.

« Avant cette activité, nous ne nous connaissions pas. Maintenant, nous venons de créer un groupe Whatsapp pour faciliter les contacts entre nous », selon un participant à l’un des ateliers.

Le YouthLab constituera une plateforme permettant aux jeunes des Grands Lacs de disposer des outils et des capacités nécessaires pour engager le dialogue avec les décideurs politiques et formuler leur vision de la paix dans la région. Le projet offre également des possibilités d'apprentissage horizontal et de création de réseaux, puisqu'il rassemble des jeunes de toute la région. Les jeunes ne se contenteront pas d'apprendre, mais participeront activement et dirigeront des initiatives susceptibles de contribuer à la gouvernance, à la consolidation de la paix et aux initiatives de développement aux niveaux local, national et régional.

YouthLab Initiative. Photo credit: Never Again Rwanda

Outside the Box

« Et si nous trouvions le moyen d'inclure systématiquement et régulièrement dans les politiques des priorités des jeunes, comme la protection de l'environnement et la technologie ? Pourrions-nous mieux anticiper les futures catastrophes écologiques ? Pourrions-nous devenir encore plus résilients pour la paix ? »,Anupah Makoond, Beneath the Wakashio Oil Spill : Exploration des liens entre la marginalisation des jeunes, les catastrophes écologiques et la résilience pour la paix dans un petit État insulaire.

Anupah Makoond, Beneath the Wakashio Oil Spill: Exploring the linkages between youth marginalisation, environmental disaster, and resilience for peace in a small island state.

Au niveau mondial, Interpeace est fier d'avoir facilité l'achèvement en 2021 de neuf notes d'orientation rédigées par des jeunes ou axées sur la jeunesse. Chacune d'entre elles aborde des questions de politique ou de pratique qui sont importantes pour les jeunes femmes et les jeunes hommes, mais qui n'ont pas reçu une attention suffisante dans le programme de la JPS ou dans sa mise en œuvre. Les notes traitent des sujets suivants : les jeunes, le climat et les conflits ; les masculinités alternatives non violentes ; le rôle des jeunes dans la justice transitionnelle ; les évaluations des plans d'action de la JPS et des coalitions nationales de la JPS ; les expressions de la résilience des jeunes pour la paix ; la santé mentale et les services psychosociaux dans le domaine de la JPS ; les processus de DDR centrés sur les jeunes ; et les dangers de la sécurisation de l'agenda de la JPS. Une page web et une plateforme dédiées ont été lancées sur le site web d'Interpeace : Outside the Box: Amplifying Youth voices and Views on YPS Policy and Practice.

La plateforme Outside the Box d'Interpeace présentera bientôt de nouvelles notes d'orientation et d'autres formes de médias rédigées par des jeunes et axées sur la JPS, dont la publication est prévue en 2022 et 2023.