Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace

Clinique mobile de santé mentale : promouvoir la résilience de la santé mentale et la cohésion sociale au Rwanda

8 juin, 2022
Est. Reading: 4 minutes
Bugesera District, Rwanda. Photo credit: Interpeace

Justin Mambo (pseudo), 46 ans, est un officier militaire à la retraite et père de quatre enfants. Il réside dans le district de Bugesera, dans la province orientale du Rwanda. Il reconnaît avoir des problèmes de santé mentale, notamment des maux de tête chroniques, et des problèmes de colère et de dépression découlant de sa carrière militaire.

« Je me réveille parfois avec trop de colère et de rage. Dans certains cas, je blesse émotionnellement et physiquement les membres de ma famille sans le vouloir à cause de mes problèmes de santé mentale », déclare Justin , ajoutant qu'il a du mal à s'entendre avec ses voisins à cause de sa maladie.

Il est l'un des nombreux Rwandais qui continuent à être confrontés à des niveaux très élevés de traumatismes et autres problèmes psychosociaux. La récente enquête sur la santé mentale au Rwanda (RMHS) menée en 2018 a révélé que la prévalence de plusieurs troubles mentaux est supérieure à la moyenne mondiale et est particulièrement élevée chez les survivants du génocide de 1994 contre les Tutsis. Environ 25 % des citoyens rwandais luttent contre le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et une personne sur six souffre de dépression.

Le 18 mai 2022, Interpeace et le gouvernement rwandais ont lancé une clinique mobile de santé mentale pour soutenir les efforts nationaux visant à renforcer un système de santé mentale décentralisé.

Celle-ci, personnalisée et bien équipée, a été remise à l'ADEPR -Nyamata District Hospital et sera utilisée dans tout le district de Bugesera pour effectuer des dépistages réguliers d'individus ou de groupes dans les communautés, les centres de santé ou les lieux publics tels que les marchés et pour référer les cas particuliers à l'hôpital de référence de la région. Il aidera également les professionnels de la santé mentale à fournir des soins à domicile aux patients.

« Nous avons été confrontés à deux défis importants. Non seulement l'hôpital de Bugesera est situé loin de chez nous, mais nous manquons également de moyens financiers pour emmener ma sœur chez un psychologue. Maintenant que nous avons une clinique mobile de santé mentale dans le Bugesera, cela a renouvelé mon espoir qu'elle reçoive un traitement adéquat », déclare Jeanne Uwayezu (pseudo), une résidente du district de Bugesera dont la sœur a lutté contre des problèmes de santé mentale.

L'ERSM indique que le niveau de sensibilisation aux services de santé mentale offerts est de 61,7%, contre un taux d'utilisation de 5,3%. La clinique sera également utilisée pour mener des campagnes de sensibilisation à la santé mentale dans le district de Bugesera.

Son lancement s'inscrit dans le cadre du programme d'Interpeace intitulé : ''Renforcer les capacités communautaires pour la cohésion sociale et la réconciliation par la guérison des traumatismes sociétaux'' dans cette région. Financé par l'Union européenne (UE), le programme offre une approche holistique pour traiter simultanément les problèmes de santé mentale tout en promouvant la cohésion sociale et en favorisant des moyens de subsistance durables dans ce district.

Avec le soutien de l'Agence suédoise de coopération internationale au développement (Sida), le programme a été étendu à cinq autres districts du Rwanda, à savoir : Nyamagabe, Musanze, Nyabihu, Ngoma et Nyagatare. Cette clinique répond aux besoins exprimés par les communautés de Bugesera lors du processus régulier de suivi et d'évaluation du dispositif dans le district.

« Nous avons appris que la santé mentale est un aspect important de la cohésion sociale et de la réconciliation - la guérison des traumatismes est un élément essentiel pour préparer les communautés à se réunir. Nous sommes heureux qu'avec cette clinique mobile, il sera beaucoup plus facile pour les professionnels de la santé mentale d'atteindre les communautés et de faire leur travail de manière très professionnelle », déclare Ben Napnau, chef de mission adjoint de la délégation de l'Union européenne au Rwanda..« C'est l'un de nos projets phares qui s'est avéré très pertinent et efficace. Il s'agit d'un modèle dans le sens où nous travaillons avec Interpeace, en tant qu'organisation internationale, mais en même temps nous établissons des partenariats avec des organisations rwandaises pour être plus proches des communautés. C'est un élément essentiel d'une bonne coopération ».

Le Dr Theodorus Hollander, représentant régional principal d'Interpeace pour l'Afrique orientale et centrale, souligne le lien intrinsèque entre la paix et la santé mentale. « La paix n'est pas seulement l'absence de violence, mais la paix est aussi un sentiment de paix intérieure, c'est la résilience mentale, c'est la capacité des communautés à interagir les unes avec les autres et la capacité à se réconcilier », déclare-t-il.

M. Hollander a également apprécié la façon dont les autorités locales et l'UE ont contribué à une initiative qui renforce la résilience à long terme de la santé mentale dans le pays.

La clinique mobile de santé mentale est une solution innovante et unique qui soutiendra la mise en œuvre du plan stratégique national de santé mentale 2020-2024 et contribuera à la réalisation de la stratégie nationale de transformation (NST1) et de la vision de développement 2050 du Rwanda, qui considère la bonne santé et le bien-être de la population comme une priorité nationale.

« Après le génocide de 1994 contre les Tutsis, nous avons fait un choix. Le choix de vivre ensemble en tant que Rwandais et de nous réconcilier. Le programme de guérison des traumatismes d'Interpeace nous aide à renforcer ce choix. Nous apprécions vraiment cette clinique mobile car elle contribuera à renforcer la résilience de la santé mentale ainsi qu'à favoriser le processus de réconciliation et le statut socio-économique des communautés du Bugesera », déclare le commissaire général Emmanuel Gasana, gouverneur de la province de l'Est, et invité d'honneur lors du lancement de la clinique mobile.

Le véhicule est équipé d'un poste de travail fixe pour au moins un médecin et une infirmière (sièges et tables fixes), de deux sièges passagers fixes, d'une connexion Internet Wi-Fi, d'un lit pliable à utiliser en cas d'urgence (comme une ambulance), de deux grandes extensions de tentes imperméables fixées à la carrosserie du véhicule, d'un générateur silencieux intégré pour l'éclairage et le chauffage en cas de panne de courant, de panneaux solaires pour l'alimentation de secours au cas où il serait utilisé dans des zones sans accès à l'électricité, ainsi que de toilettes intégrées.

Le gouverneur Gasana a encouragé les autorités du district de Bugesera, la direction de l'hôpital ADEPR-Nyamata et les membres de la communauté à assurer une bonne gestion et une utilisation efficace de cette clinique mobile.