Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace

Créer des épicentres pour la paix dans la région du Rift Nord au Kenya

20 avril, 2022
Est. Reading: 4 minutes

« Nous sommes dans une grande souffrance, ayant perdu nos enfants et nos biens. Nous vivons dans l'ombre et nous nous déplaçons dans l'ombre. Si vous allez dans d'autres endroits maintenant, les gens font de l'agriculture, avez-vous vu une ferme ici ? Ce sont toutes des fermes, mais le manque de paix nous a empêchés de faire quoi que ce soit, nous sommes assis ici à nous regarder les uns les autres » (un habitant de Kapedo).

Malgré de nombreux efforts de médiation, la paix est restée insaisissable dans les vallées de Kerio et de Suguta dans la région du Rift Nord, probablement en raison de la non-implication des communautés dans l'identification des sources de conflit, des facteurs de résilience communautaire, ainsi que dans le développement et la mise en œuvre de solutions.

C'est dans ce contexte qu'Interpeace et la Commission nationale de cohésion et d'intégration (NCIC) ont commencé à mettre en œuvre le programme Renforcer la résilience des communautés pour une paix durable dans certains comtés fragiles du Kenya décentralisé.

Le programme a adapté la méthodologie de recherche-action participative (PAR) et, depuis 2019, il a aidé les communautés à transformer les zones sujettes aux conflits en épicentres de paix en les engageant à formuler des stratégies sur la façon dont elles peuvent être habilitées à élaborer et à mettre en œuvre des solutions pour résoudre les conflits.

Créer des espaces de paix le long du corridor Kapedo-Lomelo

La vallée de Suguta, connue sous le nom de vallée de la mort, était devenue synonyme de violence, de deuil et de pertes causées par des razzias de bétail, des pillages ou des massacres. Alors que la violence s'intensifiait entre les communautés Turkana et Pokot, la police locale a enregistré une moyenne de six décès et de trois vols de bétail par mois avant 2021. Les villages situés le long du corridor Chemolingot-Lokori sont devenus synonymes de conflits sanglants, de deuils et de pertes. Les cycles escalatoires de la violence ont attiré dans la mêlée des réseaux d'affinités éthiques étendus, enracinant les animosités et la peur, alors que les clans Pokot et Turkana se sont enfermés dans une bataille pour la survie les uns contre les autres.

Dans cette région, de jeunes pasteurs portaient ouvertement des AK-47 alors qu'ils gardaient des troupeaux de chameaux, de vaches et de chèvres. Ces conditions ont rapidement créé une paralysie sociale et économique. Les routes, les écoles, les entreprises et les marchés ont été fermés par précaution et par panique.

Historiquement, les communautés situées sur la route de Kapedo-Lomelo, le long du corridor Chemolingot-Lokori, étaient de grands ennemis et il était difficile de se rencontrer. Le commerce a été effectivement désactivé et des zones territoriales informelles interdites sont apparues.

Interpeace et son partenaire de la NCIC ont organisé de nombreux dialogues communautaires pour comprendre les défis et les griefs des deux clans, ainsi que pour explorer les avantages d'opter pour la paix. Lors de ceux-ci, les parties au conflit sont parvenues à un consensus non seulement sur l'urgence d'instaurer la paix, mais aussi sur des solutions concrètes pour la maintenir.

En juillet 2021, les anciens des Pokot et des Turkana ont signé l'accord de paix d'Orwa, mettant fin à des décennies de conflits cycliques et de violences meurtrières. Avant celui-ci, de nombreux arrangements signés dans le Rift Nord avaient échoué, car ils n'étaient pas mis en œuvre ou ne pouvaient pas être transférés de la « table » de négociation au « carré » de la ville. L'accord d’Orwa a été possible grâce à la volonté et à l'engagement des communautés à partager ensemble un nouvel avenir.

Plus important encore, cet arrangement de 2021, conçu par les deux clans, continue d'affirmer que la paix durable est la responsabilité - dirigée et protégée – de ceux-ci.

Comités de surveillance du cessez-le-feu : Assurer une évolution autonome vers la paix

Les communautés Tugen de Baringo Est ainsi que les communautés Ilchamus et Pokot de Mukutani sont liées par un conflit depuis des décennies. Les communautés belligérantes n'interagissaient pas entre elles, créant un vide de peur et de suspicion entre elles, ce qui a encore exacerbé les tensions entre les communautés.

Depuis 2020, Interpeace et le NCIC réunissent les anciens pour discuter du conflit et de l'insécurité auxquels ils sont confrontés. Ces engagements ont fait naître la raison dans leurs esprits, acceptant ainsi de rencontrer leurs homologues pour des discussions pacifiques. Les organisations partenaires ont également engagé les anciens des communautés respectives dans des discussions rigoureuses sur la tenue de pourparlers de paix intercommunautaires.

En mars 2020, des membres des communautés Pokot, Tugen, Ilchamus, Turkana et Samburu ont participé à la formation d'une infrastructure de paix dirigée par la communauté - les comités de surveillance du cessez-le-feu (CMC) - qui ont été le fer de lance du cessez-le-feu dans la région du Rift Nord.

Les CMC créent les conditions nécessaires à la transformation du conflit. Ils cherchent à identifier et à atténuer les principaux déclencheurs de la peur et de la méfiance qui créent l'hostilité intercommunautaire. En outre, les membres des CMC travaillent avec les communautés pour s'assurer que les milices locales gardent leurs armes, s'assurer que les personnes déplacées rentrent chez elles, initier et faciliter le dialogue, et renforcer la cohésion sociale. Les CMC s'efforcent de rétablir la confiance, d'entretenir une culture de la paix et de la réconciliation, et de s'attaquer aux problèmes structurels qui déclenchent souvent des conflits dans les communautés.

Lorsqu'un incident conflictuel ou un crime se produit, des membres de la CMC issus des deux clans se rendent sur place pour interagir avec les villageois concernés, qui peuvent dialoguer dans leur propre langue avec un aîné en qui ils ont confiance. Cette collaboration entre clans réduit la peur, notamment lorsque des membres de clans opposés sont impliqués dans une escarmouche ou se soupçonnent mutuellement d'un crime. Les CMC offrent des rôles et une portée multidimensionnels, comme "un nouveau shérif en ville".

"Pendant 85 ans, j'ai couru à travers la vallée de Suguta pour organiser des raids ou récupérer mon bétail, mais les deux dernières années de mon engagement pour la paix m'ont fait découvrir une vie au-delà de cette vallée. J'ai voyagé à Nakuru, Nairobi et Mandera, apprenant à vivre avec d'autres personnes. Mes deux années de paix valent beaucoup plus que mes 85 années de vie en conflit", a déclaré un membre de la CMC.

Interpeace tient à remercier le gouvernement de l'Allemagne et du Royaume-Uni, l'Union européenne au Kenya et l'ambassade de Suisse au Kenya pour leur soutien à la création d'espaces de paix dans la région du Rift Nord au Kenya. Interpeace est également reconnaissant à ses partenaires locaux, le NCIC, les comtés du Rift Nord de Baringo, Elgeyo-Marakwet, West Pokot, Turkana et Samburu, ainsi que le Frontier Counties Development Council (FCDC) pour leurs contributions cruciales à ces efforts de paix menés par les communautés.