Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace

Créer des voies vers une paix durable au Burkina Faso : le lien en action

15 juillet, 2021
Est. Reading: 3 minutes
Credits: Interpeace

Répondre aux besoins immédiats des personnes touchées par les conflits ainsi qu'aux causes sous-jacentes des crises prolongées nécessite une synergie cohérente, une coordination efficace et un engagement à long terme des acteurs humanitaires, de développement et de consolidation de la paix.

The recurring and multifaceted nature of conflicts around the world today - and particularly in Burkina Faso - underlines the need for a closer collaboration and deeper coordination by these actors in the humanitarian, development and peacebuilding sector.

Les acteurs humanitaires et de développement prennent conscience de la nécessité d'investir davantage dans des interventions qui contribuent à mettre fin aux besoins et à renforcer la paix en même temps. Conscient de cette situation, le système des Nations Unies au Burkina Faso a mandaté Interpeace, à travers le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), pour mener une étude qui cartographie les capacités de ces acteurs pour l'opérationnalisation de l'approche nexus humanitaire-développement-paix.

Après cette analyse Interpeace et le PNUD ont réuni des acteurs clés pour opérationnaliser une plate-forme pour le lien humanitaire-développement-paix dans le pays. L'atelier de deux jours dans la capitale Ouagadougou, du 1 au 2 juillet 2021, a réuni près d'une centaine de participants représentant toutes les parties prenantes concernées.

« Malgré les défis sécuritaires actuels qui rendent les actions sur le terrain difficiles, nous ne devons pas abandonner les populations vulnérables. C'est le défi pour les acteurs de l'humanitaire, du développement et de la consolidation de la paix, d'où l'importance de rendre le lien opérationnel au Burkina Faso », a expliqué la coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies au Burkina Faso, Metsi Makhetha.

L'étude menée par Interpeace depuis près d'un an a porté sur les mécanismes de coordination des actions, l'adaptation organisationnelle, l'inclusion des acteurs locaux dans le cycle de vie du projet, ainsi que les mécanismes de financement des partenaires techniques et financiers.

« Nous devons insister sur la nécessité d'une approche multidimensionnelle et holistique pour répondre à la nature multidimensionnelle des défis auxquels le Burkina Faso est confronté », a déclaré, le représentant résident du PNUD, Mathieu Ciowela , qui a décrit le nexus comme un accélérateur pour l'agenda 2030 des Nations Unies.

L'une des principales recommandations formulées par les populations elles-mêmes était la nécessité de les impliquer davantage tout au long du processus, de l'évaluation de leurs besoins à la mise en œuvre jusqu'au suivi et à l'évaluation des projets.

« Le nexus sera opérationnalisé au Centre-Nord [région] car les acteurs sont désormais sensibilisés à la démarche. Il existe des organisations qui ont déjà intégré l'approche dans la planification de leurs activités. Nous jouerons notre rôle pour renforcer la synergie d'actions entre tous les acteurs de la région », a expliqué le président du Conseil régional de la région Centre-Nord du Burkina Faso, Adama Sawago.

« L'inclusion de tous est nécessaire pour construire les interventions autour d'outils consensuels qui pourraient renforcer la synergie d'action entre les acteurs et mieux répondre aux besoins des populations » Cette citation est trop répétitive avec la précédente,pas très adapté, a déclaré le directeur général de l'aménagement du territoire, Charles Dalla, qui représentait le ministre délégué chargé de l'aménagement du territoire.

Les participants à l'atelier ont exprimé leur satisfaction quant à la qualité des données de la recherche d'Interpeace et ont apprécié les riches discussions qu'ils ont eues sur les résultats. Quelques recommandations ont été faites à l'issue de l'atelier qui, si elles sont mises en œuvre, faciliteront l'opérationnalisation de l'approche nexus.

« Au-delà de la coordination et de la cohérence des interventions au profit des populations, l'établissement d'un lien humanitaire-développement-paix est un véritable accélérateur de développement au Burkina Faso. Il est donc impératif de le mettre en œuvre d'urgence en mettant en place une structure crédible, inclusive et participative, en mobilisant les acteurs politiques et en impliquant les acteurs locaux », a déclaré, le représentant d'Interpeace au Burkina Faso, Cheick Faycal Traoré.

Some of the recommendations from the study include: a call for the process to be given political validation and anchored in national institutions in line with mechanisms of the national development repository; the creation of a technical committee to support, guide and develop the tools needed to implement the nexus; develop an interactive database that presents, in real time, an overview of the humanitarian, development and peacebuilding interventions carried out by both the government and technical and financial partners; pilot the new approach in the regions first, especially in those areas where the study was carried out and use the evidence and lessons learned to scale it up at national level; strengthen the coordination, flexibility and duration of funding in order to facilitate access by local actors and taking into account emergencies; strengthen the role of deconcentrated and decentralized  actors, civil society and the concerned populations in the project life cycle; and deepen the work of the Troïka – a framework for consulting technical and financial partners - on joint analysis and data sharing.

L'étude inclusive d'Interpeace a été réalisée dans trois des régions administratives du pays - la région du Sahel, la région de la Boucle du Mouhoun et la région du Centre-Nord. Les données ont été recueillies à partir d'entretiens individuels, de discussions de groupe et d'une revue de la littérature.