Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace

Kenya : bâtir des communautés fortes et durables grâce au partage des ressources

6 septembre, 2023

"L'eau est la vie; nous n'avons pas de source d'eau permanente. Ce village avait un commerce florissant quand nous avions de l'eau dans la casserole. Le bétail venait boire l'eau de la casserole et en retour, nous obtenions du lait pour nos enfants et du thé. Maintenant qu’il n’y a plus de source d’eau, il n’y a plus de commerce ni de lait pour nos enfants. La ville est une ville fantôme ! Que notre bassin d’eau soit dessablé ». Abdi Abdirahman Abdille, secrétaire de Jabi 2.

Dans les paysages arides de Mandera, un défi récurrent surgit dans les communautés pastorales: des conflits découlant de la rareté des ressources vitales comme les pâturages, l'eau et le bois de chauffage. Particulièrement évidents dans le corridor Rhamu-Jabi de Mandera Nord, où coexistent les clans Degodia, Garre et Murulle, ils soulignent l'urgence de pratiques durables de partage des ressources.

Pour améliorer la gestion des ressources et aboutir à une répartition équitable, la Commission nationale de cohésion et d'intégration (NCIC) et le programme de consolidation de la paix Interpeace Kenya, financé par le ministère fédéral des Affaires étrangères d'Allemagne, ont établi des espaces de dialogue triangulaires le long du corridor Rhamu-Jabi. Ces plateformes ont facilité le dialogue entre trois clans, les clans Degodia, Garre et Murulle, aboutissant finalement à la signature d'un accord intercommunautaire de partage des ressources.

Les espaces de dialogue ont été établis et divisés en deux segments. Le premier rassemblait les villages d'Isakora, Shangala, Awara, Waldiri 1 et Waldir 2, tandis que le second se concentrait sur les villages de Moubarak, Tosi, Jabi 1 et Jabi 2. Chacun de ces villages représentait une facette unique des clans Degodia, Garre et Murulle, assurant une représentation diversifiée pour forger l'unité, améliorer les relations communautaires et localiser les efforts de consolidation de la paix.

Pour assurer la durabilité et la gestion de ces espaces de dialogue, un comité « Shura » (consultant) a été formé au sein de chaque collectivité. Constitué de représentants de jeunes, de femmes et de personnes âgées, celui-ci était chargé de traiter et de résoudre les conflits au niveau local. Une formation complète a doté les membres du comité Shura de compétences telles que la résolution de conflits pour faciliter efficacement les espaces de dialogue. Les membres de ce dispositif ont encore solidifié leur structure de gouvernance, en élisant des présidents, des vice-présidents et des secrétaires pour représenter les intérêts de ces plateformes.

À travers une série de dialogues, des problèmes urgents de partage des ressources ont émergé, notamment concernant la collecte du bois de chauffage et la pénurie d'eau due à l'absence de barrage ou de forage fonctionnel. Les délibérations du comité ont exploré des options telles que la construction d’un nouveau barrage ou l’engagement de la communauté Jabi 2 à partager son barrage existant, qui nécessitait uniquement un dessablage. Dans une démonstration d'unité, le comité a opté pour cette dernière solution, favorisant un esprit de coopération. Concernant le bois de chauffage, un consensus s'est dégagé pour permettre la collecte du bois séché tout en décourageant l'abattage d'arbres frais.

Suite aux réunions régulières des comités Shura pour discuter des défis actuels et des stratégies de résolution, la nécessité d'initiatives collectives de partage des ressources est devenue évidente. Cette situation a incité le programme de consolidation de la paix à faciliter une réunion intercommunautaire sur cette question. Le forum de deux jours a rassemblé des représentants des villages de Mubark, Towsi, Jabi 1 et Jabi 2, notamment des membres du comité de l'espace de dialogue, des anciens de clan, des chefs locaux, le chef du comté chargé de la cohésion communautaire et divers acteurs de la consolidation de la paix.

Dans un pas important vers l'harmonie, ces communautés ont établi un accord de partage des ressources. Le pacte promet une coexistence pacifique et s’engage au partage d’informations pour mettre fin aux futurs conflits. Une avancée cruciale a été réalisée lorsque les trois communautés ont accepté de dessabler le barrage de Jabi 2 et de partager mutuellement son eau.

En abordant l’importance du partage des ressources entre Degodia, Garre et Murulle, les dirigeants des comités des espaces de dialogue ont déclaré :

« ce dont nous avons besoin, c'est d'eau. Nous ne nous soucions pas d’où cela vient. L’ethnicité et la politique ne devraient pas nous priver d’eau. Nos enfants souffrent de soif ». Ali Raol Bulle, président, Jabi 2.

« Les quatre villages ont besoin d'eau. Cette poêle dans Jabi 2 nous servira à tous. Si la crainte réside dans la gestion du bassin d’eau, laissez les habitants de Jabi 2 s’en occuper et le reste des villages voisins auront de l’eau ». Ibren Ibrahim Abdi, président, Espace de dialogue 2.

Ce voyage vers le partage des ressources témoigne du pouvoir du dialogue, de la collaboration et de la responsabilité partagée dans la construction d’un avenir durable et harmonieux pour la population de Mandera.

NEWSLETTER

Tenez-vous au courant des dernières nouvelles et histoires d'Interpeace. Notre bulletin contient des informations poignantes et les dernières nouvelles de notre travail de consolidation de la paix.

PEACETALKS

Les Pourparlers de Paix sont une initiative qui présente les histoires inspirantes de personnes qui apportent une contribution positive à la paix.

SOCIAL MEDIA

Impliquez-vous sur nos pages de médias sociaux et recevez les dernières nouvelles sur nos programmes de consolidation de la paix.

UPCOMING EVENTS

Interpeace travaille dans plus de 15 pays à travers le monde. Renseignez-vous sur nos événements à venir et inscrivez-vous pour y assister.