Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace

Somalie : comment les femmes et les jeunes peuvent utiliser les médias sociaux pour promouvoir la paix

13 novembre, 2023
Est. Reading: 4 minutes

La Somalie est plongée dans un conflit violent et prolongé qui a érodé la confiance de la communauté, l’harmonie sociale, le sentiment d’activisme, le dialogue constructif et la solidarité. Cette situation a été aggravée par le non-réglementation des médias sociaux largement utilisés par les jeunes. Cependant, le pays s’est lentement redressé ces dernières années. Pour résoudre ces problèmes sociaux, le programme Talo Wadaag II a organisé deux jours d'ateliers du 8 au 9 juillet 2023 pour les femmes et les jeunes de Benadir. Il est mis en œuvre conjointement par Interpeace, l'Heritage Institute for Policy Studies (HIPS) à Benadir et Galmudug, le Puntland Development Research Center (PDRC) au Puntland et l'Académie pour la paix et le développement (APD) au Somaliland.

Les ateliers de deux jours du HIPS ont discuté du rôle des médias et de l’activisme dans le changement social, la paix et l’harmonie communautaire. Les ateliers médiatiques ont souligné le rôle des médias, en particulier des médias sociaux, dans l’établissement d'une atmosphère positive propice au changement social, en promouvant la paix, la diversité des points de vue et la tolérance dans la société somalienne frappée par la guerre. Au cours des séances, les participants ont expliqué comment les jeunes et les femmes peuvent utiliser les médias sociaux pour promouvoir l'harmonie communautaire, la paix, la construction de l'État et la bonne gouvernance, et en même temps, comment les jeunes peuvent être conscients des aspects négatifs liés aux médias sociaux. Les ateliers ont également offert aux participants et aux experts locaux bien établis l'occasion d'interagir les uns avec les autres et d'avoir des discussions critiques et franches sur les questions concernant la communauté.

Les principaux objectifs étaient d'aider les participants à discuter de l'impact des médias sur le changement social, la paix et la stabilité ; les aider à prendre conscience de l’impact négatif des médias sociaux sur la société ; faciliter des discussions interactives sur l'importance de l'activisme pour le changement social ; aider les participants à défendre les droits de l'homme ainsi que leurs responsabilités ; les exhorter à participer activement au renforcement de l’État, à la gouvernance et à la démocratisation ; et enfin renforcer leur pensée critique et remettre en question l’information des médias de masse.

« Les ateliers ont établi un espace de dialogue convivial, constructif et communautaire dans lequel ils ont échangé leurs expériences et leurs idées. Alors que les connaissances et l’expérience pratique des jeunes dans les médias sociaux étaient énormes, les femmes plus âgées ont également partagé leurs expériences de vie et leur sagesse liées aux médias sociaux », a déclaré le directeur du programme Talo Wadaag II de HIPS, le Dr Yusuf Sheikh Omar.

Par exemple, une membre du Centre de développement des femmes somaliennes, Farhia Ali Hajji, a expliqué comment les médias sociaux ont influencé ses pensées et ses sentiments. Elle s’est inspirée de l’histoire décourageante d’une jeune fille qu’elle a vue sur les réseaux sociaux. Celle-ci transportait un jerrycan d'eau car sa famille ne trouvait pas d'autre source d'eau. Pour l’aider, quelqu’un a publié sur les réseaux sociaux les difficultés de la vie de cette jeune fille, changeant son existence. Les personnes qui ont regardé ce post ont apporté beaucoup de soutien à la famille de cette personne, ce qui a permis à celle-ci de s’inscrire à l’école et à ses proches de construire une maison et de démarrer une petite entreprise. "Cela m'a vraiment touché et cela montre clairement à quel point les médias sociaux sont un outil puissant s'ils sont utilisés correctement", a raconté Farhia.

Plusieurs jeunes ont également exprimé l'impact positif de l'atelier sur les participants. Comme l’explique Sumaya Mohamed, de la Somali Youth Civic Organisation : « L’un des enseignements précieux que j’ai tirés de ce programme est la capacité de plaider efficacement en faveur de diverses questions sociétales et de représenter les intérêts de la population. Un autre aspect du programme qui m’a beaucoup marqué était l’influence significative des médias dans la conduite du changement social ».

Le partage de connaissances et d'expériences a également aidé les participants à prendre conscience de l'énorme impact négatif des médias sociaux sur la société, en particulier sur les jeunes. « J’ai découvert que les jeunes passent beaucoup de temps sur les réseaux sociaux dans le seul but de simplement les parcourir, sans les apprendre ou en tirer profit. Ils publient également des informations privées sur d'autres personnes à leur insu", a déclaré Abdirahman Mohamed Ahmed du Somali Youth Development Network.

Le Dr Yusuf Omar a expliqué que les ateliers interactifs ont aidé les participants à échanger des histoires touchantes tirées de leurs expériences de vie quotidiennes liées aux médias sociaux. Ce partage de connaissances a approfondi leur conscience et leur compréhension du pouvoir des médias et de la culture de l’activisme en tant que facteurs essentiels de transformation sociale. Les ateliers ont également élargi les perspectives des participants et affiné leurs compétences en matière de plaidoyer et de promotion d’une transformation sociétale indispensable. « J'ai appris tellement de choses, comme être une militante et défendre les personnes sans voix… les médias sociaux peuvent être utiles et présenter d'énormes avantages, mais ils peuvent parfois présenter des inconvénients », a déclaré Aisha Yusuf Hassan du Somali Youth Development.

Mme Saida Hassan, assistante de recherche à Talo Wadaag, a confirmé les témoignages des participants. « J'ai eu l'impression que les femmes et les jeunes ont montré beaucoup d'intérêt pour l'éducation civique, l'activisme et les ateliers sur les médias sociaux. Leur langage corporel et leurs commentaires ont montré à quel point ils étaient engagés. Je ne doute pas que ces ateliers les ont sensibilisés aux rôles que les femmes et les jeunes sont censés jouer dans la construction de l'État, la politique et le changement social en général. Ils ont appris s'il y aura des élections à l'avenir, pourquoi ils voteront et la qualité des personnes pour lesquelles ils voteront. »