Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace

Un voyage de réconciliation et d'espoir à travers l'agriculture à Yabicho, dans le comté de Mandera, Kenya

6 juin, 2023
Est. Reading: 3 minutes

Les conflits entre les clans entre les tribus Degodia et Garre du comté de Mandera ont tourmenté la période de 2010 à 2015. Ils ont fait d'innombrables victimes et ont conduit à des vols de bétail et à la destruction de biens. Dans des villages comme Malkaruqa, Garse et Yabicho, les agriculteurs Garre se sont retrouvés déracinés de leurs terres ancestrales, leurs fermes d'irrigation autrefois luxuriantes ont été réduites en ruines et leurs manguiers qui ornaient autrefois le paysage ont été abattus sans pitié. De même, les communautés Degodia ont été déplacées de Banisa et Takaba et chaque clan s'est retiré dans ses propres territoires claniques.

Malgré ce désespoir, la Commission nationale de cohésion et d'intégration (NCIC) et Interpeace, reconnaissant l'urgence d'un cessez-le-feu, ont lancé des dialogues intercommunautaires dans le cadre du conflit entre les clans Garre et Degodia. Ces dialogues ont réuni un groupe diversifié d'individus, sous la direction d'une femme nommée Zahara Bashir Ali. Celle-ci, membre du conseil d'administration du Réseau pour la paix, la cohésion et le patrimoine (NEPCOH) et participante active au groupe de travail des programmes d'Interpeace au Kenya, a établi une vision qui transcendait le conflit. Lorsque le clan Degodia a proposé d'utiliser sa ferme comme lieu de rencontre pour les deux communautés, Zahara a vu une opportunité d'unir celles-ci.

La grave sécheresse qui a affligé la région et les tensions accrues entre les clans ont été l'un des moteurs des initiatives. Zahara s'est rendu compte que sa ferme, autrefois abandonnée et négligée, pouvait devenir un catalyseur de changement. Avec résolution dans son cœur, elle a accepté la proposition, ouvrant ses terres aux agriculteurs Garre et Degodia. La croyance inébranlable de Zahara dans le pouvoir de l'unité est devenue la lueur d'espoir à laquelle aspiraient les villageois. La terre négligée a été méticuleusement restaurée et le système d'irrigation autrefois détruit a été minutieusement rétabli.

Les deux clans se sont mis d'accord sur un ensemble de règles qui régissent la gestion de la ferme. Ces règles englobent divers aspects, allant de la répartition équitable de la ferme à la garantie d'une coexistence pacifique et à la protection contre les menaces extérieures. Un comité, choisi d'un commun accord, est chargé de superviser les activités de la ferme, qui sont partagées à parts égales entre les clans Garre et Degodia. Pour assurer la cohérence des mesures, le comité utilise le pied d'une personne comme unité de longueur standard, ce qui garantit qu'aucun autre individu ne mesure la ferme. Chaque membre reste propriétaire des produits qu'il cultive à la ferme.

Toutefois, la collaboration a fait face à certains défis, notamment l'espace agricole limité et la pression exercée sur le personnel clé impliqué dans les opérations agricoles quotidiennes. Malgré ces obstacles, la ferme accueille actuellement environ 53 résidents. Des efforts sont en cours pour maintenir et étendre la collaboration à l'avenir en institutionnalisant l'engagement et en reproduisant le modèle dans d'autres domaines tels que Qalicha, Rhamu Dimtu, Garse et Malka Ruqa.

La collaboration a apporté de nombreux avantages aux deux communautés. Elle a garanti l'accès à la nourriture, fourni une protection contre les agressions extérieures et favorisé une relation de travail étroite avec les chefs locaux des deux clans. De plus, son impact s'est étendu au-delà des frontières de Yabicho. Les familles déplacées du côté éthiopien, qui se sont retrouvées prises entre les feux du conflit Garre-Degodia, ont retrouvé espoir grâce à leur implication dans l'accès aux activités agricoles. L'unité forgée grâce à cette collaboration s'est propagée sur de vastes distances, guérissant des blessures de longue date.

L'adoption des meilleures pratiques de collaboration intercommunautaire dans le lancement et la gestion d'activités agricoles durables est très importante. Celles-ci rassemblent le renforcement de la confiance, la mobilisation de propriétaires agricoles soucieux de la paix, l'établissement de règles d'engagement, la gestion des cultures, la sensibilisation à l'agro-industrie, l'accès aux marchés et aux installations d'irrigation et le développement des compétences entrepreneuriales chez les agriculteurs.

"“Cet effort de collaboration a le potentiel de transmettre des leçons inestimables sur la résilience, la cohésion sociale et l'interdépendance à d'autres communautés. Le programme de consolidation de la paix NCIC/Interpeace cherche à étendre cette initiative agricole aux villages Badasa et Songa à Marsabit », a déclaré le représentant d'Interpeace au Kenya, Hassan Ismail, sur le besoin urgent de reproduire des projets similaires.

« La mise en œuvre de projets similaires dans les villages voisins peut favoriser un sentiment d'interdépendance entre les clans Garre et Degodia à Mandera, contribuant ainsi à un processus communautaire de réconciliation et de reconstruction post-conflit, tout en soutenant des pratiques agricoles durables », a-t-il ajouté.