Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace

République démocratique du Congo : la cohésion sociale au centre du dialogue de paix intercommunautaire au Sud-Kivu

8 avril, 2021
Est. Reading: 3 minutes
Crédit photo : Interpeace

Le grand défi pour les acteurs de la paix en République démocratique du Congo (RDC) consiste à créer les conditions de la cohésion sociale – en particulier dans les communautés des hauts plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga dans la province du Sud-Kivu, où un conflit intercommunautaire persistant sur la terre, le pouvoir, l'identité et la citoyenneté a déchiré les sociétés.

Faciliter un retour à la cohésion sociale et à une paix durable à Fizi, Uvira et Mwenga a été la principale raison pour laquelle le gouvernement congolais, Interpeace et ses partenaires ont organisé un dialogue inclusif de toutes les parties prenantes pour s'attaquer aux causes profondes de la violence.

Intensified intercommunal clashes between a group of militias, known as the Mai-Mai, from the Bafuliru, Babembe and Banyindu communities and armed groups affiliated to the Banyamulenge community have severely disrupted social cohesion. The Mai-Mai group of militias who consider themselves as “indigenous” Congolese are fighting the cattle-herding Banyamulenge community - often labelled as outsiders due to their Rwandan origin. Continuous violence has led to widespread killings, looting, burning down of villages and large-scale displacement across South Kivu’s highlands.

« Quand on fait la guerre à votre voisin, personne ne gagne. Tout le monde est perdant », a déclaré Pacifique Borauzima, représentant d'Interpeace en RDC.

Le dialogue à Kinshasa, du 29 au 31 mars 2021, entre les communautés en conflit – les Babembe, Bafuliru, Babuyi, Banyamulenge, Barundi, Banyindu et Bavira – a également vu la participation de représentants des groupes armés, de chefs religieux, d'hommes politiques et de représentants du gouvernement, des acteurs de la société civile et de la paix, entre autres.

Lors de la réunion, les représentants du gouvernement ont expliqué aux participants ce qu'il faut pour revenir à une coexistence pacifique dans les communautés déchirées par le conflit.

« Si tout le monde disait : ' la paix est mon affaire, mon voisin n'est pas mon ennemi ; si mon voisin vit en paix, je vivrai aussi en paix ; si mon voisin prospère, je le ferai aussi ', alors nous pourrons atteindre la paix que nous recherchons », a déclaré Bahati Lukwabo, président du Sénat de laRDC. Les participants ont convenu que l'engagement de chacun est nécessaire pour faire face à la menace croissante à la paix et à la sécurité dans les communautés dans les hauts plateaux du Sud-Kivu. Dans une note, les femmes leaders qui ont participé au dialogue ont appelé à un accord de paix efficace entre celles-ci.

« Les femmes du Sud-Kivu présentes dans cette salle sont fortement engagées pour le retour de la paix et de la sécurité », a déclaré Marie Amisi Misukyo, directrice du groupe de femmes Solidarité de Femme de Fizi.

Ce mémo symbolise également la résilience des femmes à surmonter la violence et les risques de sécurité accrus auxquels elles sont confrontées dans la région. « Il y a un énorme fossé entre prendre des engagements et les mettre en œuvre. Nous attendons de vous un changement de comportement pour le retour de la paix, de la sécurité et du développement », a déclaré Gilbert Kankonde Malamba, vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur.

Et d'ajouter : « les hauts et moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga/Itombwe brûlent maintenant et les cris des enfants et des femmes entre autres devraient nous interpeller. La violence a amplifié la crise au lieu de la résoudre.

S'appuyant sur les tentatives précédentes de dialogue au Sud-Kivu, l'événement de trois jours à Kinshasa a ouvert un espace inclusif pour un dialogue de paix intercommunautaire continu entre les sept communautés de Fizi, Uvira et Mwenga qui se combattent. Les représentants des communautés ont tenu des réunions bilatérales, rédigé et approuvé des rapports de leurs discussions, s'engageant dans un processus pacifique.

The Kinshasa dialogue was hosted by the Congolese central government and Interpeace, together with partners, Action pour le Développement et la Paix Endogènes (ADEPAE), Solidarité des Volontaires pour l'Humanité (SVH), Réseau d'Innovation d'Organisationnelle (RIO) and Radio La Benevolencija (RLB) - within the framework of an Interpeace project that seeks to design a roadmap for peace in the highland communities of Fizi, Uvira and Mwenga (Itombwe).

Le projet a débuté en janvier 2020 et est soutenu par le bureau du secrétariat d’Etat britannique aux Affaires étrangères, au Commonwealth et au développement enRDC . Ce dialogue de Kinshasa a également été rendu possible grâce à une contribution d'Affaires mondiales Canada. En mars 2020, le projet a soutenu un processus de paix qui a conduit à la signature d'un accord de cessez-le-feu par 22 groupes armés.

Préalablement au dialogue de Kinshasa, une réunion préparatoire s'est tenue à Uvira du 10 au 12 mars 2021. Elle a rassemblé des représentants des différentes communautés et des responsables provinciaux et nationaux pour définir l'objectif, l'agenda et l'approche pratique du processus de dialogue intercommunautaire.

Interpeace et ses partenaires continueront d'impliquer les parties prenantes nationales, provinciales et locales dans le processus de renforcement de la cohésion sociale et d'instauration d'une paix durable.