Restoring Trust between Police and Communities in Ethiopia - Zenebe’s Story

Before the development of a trust building programme between communities and the police in four Woredas (district-level administrative units) in Addis Ababa, Ethiopia, there were elevated crime rates, particularly in property crimes like vandalism and theft. Simultaneously, violent crimes such as assault and armed robbery remained at a moderate level. Through a partnership between the Ethiopian Police University (EPU) and Interpeace, the implementation of a community security approach, led to improved trust between the police and the community, resulting in notable declines in crime rates and increases in people’s sense of safety.

Zenebe*, a married father of four children and a resident of one of the Woreda witnessed the transformative impact of the trust building dialogues organised by Interpeace. These dialogues provide platforms for community representatives and police officers to discuss local peace, develop problem-solving strategies, and implement capacity-building initiatives. In particular, the scanning, analysis, response, and assessment (SARA) problem-solving approach facilitated joint efforts in identifying and addressing community concerns, supported by the Community GIS Tool (CGIST), which helps to map and analyse data for informed decision-making on safety and crime prevention.

Reflecting on the past, Zenebe recalls the historical marginalisation of community members in police operations, leading to a disconnect between community priorities and police actions, breeding mistrust and suspicion. The trust building programme marked a shift towards collaboration, aiming to involve residents in shaping police services.

"Most of the programme activities were new for all of us. The police in this country did not have the culture to genuinely engage community groups to take an active role in setting priorities and service needs,” Zenebe recalls.

Zenebe recalls how the programme introduced new practices, such as engaging community groups in decision-making processes, fostering inclusivity, and taking proactive measures to enhance community safety. Initiatives like the "shay-bunna" (coffee-tea drinking session) forums, where residents held weekly discussions over a cup of tea or coffee, have strengthened social bonds and facilitated dispute resolution and resource mobilisation.

Following the programme’s implementation, Zenebe and other community members feel empowered to influence security policing in their Woreda., The initiative proves to be an eye-opening experience for both residents and the local police department, instilling a sense of unity and optimism about the future of security. 81% of the community members' responses reflected this positive outcome.

"Because of my participation in the trust-building programme, I am now able to effectively collaborate with the local police in problem identification and resolution. I now believe that the police service at the Woreda level adequately represents my needs and priorities. The local police department is now using inclusive approaches in planning and delivering police services. For example, the police department invited community representatives, including myself, to provide feedback by 2023. This is really impressive, and I've never seen anything like it in my life," says Zenebe.

While celebrating achievement, Zenebe emphasises the importance of sustained engagement from stakeholders to ensure long-term success.

"The local police department's commitment to working closely with community groups to maintain peace at the grassroots level has improved significantly. However, I am convinced that community representatives and police officers require ongoing support to maintain programme outcomes. More specifically, various collaborative problem-solving pieces of training and the CGIST tool are critical to increasing community members and police officers' capacity to deal with community concerns on a long-term basis at the district level."

Zenebe's journey reflects a positive transformation in police-community relations. Sustaining these gains requires collaborative commitment from all stakeholders, aligning with Interpeace’s vision of unity for lasting peace at the grassroots level. As the community looks to the future, expanding the trust-building programme to all regions of Ethiopia remains essential for sustained progress and peacebuilding efforts.

*The name has been changed to ensure security.

Rwanda: new findings and protocols to improve mental health and social cohesion

Des études montrent une prévalence élevée de troubles de santé mentale au Rwanda. Cette empreinte du génocide de 1994 contre les Tutsi a rendu difficile la réconciliation et la guérison sociétale. Lors d'une conférence hybride dans la capitale Kigali, le 2 septembre 2021, Interpeace et ses partenaires ont présenté les résultats de la recherche de base menée sur la santé mentale et la guérison sociétale dans le district de Bugesera.

La conférence était organisée par Interpeace, en partenariat avec la Commission nationale pour l'unité et la réconciliation (NURC) et Prison Fellowship Rwanda (PFR). Elle a été soutenue par l'Union européenne (UE) à travers son ambassade au Rwanda.

Au cours de l'événement, les participants ont également discuté du développement de plusieurs protocoles, éclairés par cette enquête de base, pour évaluer les efforts en cours et intervenir sur les questions liées à la santé mentale, à la cohésion sociale et aux moyens de subsistance durables au Rwanda.

Depuis le génocide contre les Tutsi, le Rwanda a connu 27 années de développement et de croissance soutenus. Cependant, le pays continue de faire face à d'importants problèmes de santé mentale. Une proportion considérable de la population rwandaise vit avec un traumatisme lié au génocide contre les Tutsi.

« Ma mère est toujours seule. Quand je lui pose une question sur ce qui s'est passé pendant le génocide, elle s’isole immédiatement dans une pièce pour pleurer et je me sens triste parce que je ne peux rien faire pour l'aider à se sentir mieux »,a déclaré un participant à l'étude de base.

Cette situation est aggravée par la détresse psychologique et socioéconomique qui a contribué à perturber la cohésion sociale. Ces conditions de santé mentale qui prévalent ont rendu difficile le rétablissement de la confiance et la réconciliation des gens au Rwanda.

« Le Bugesera a beaucoup souffert du génocide contre les Tutsi. Les personnes traumatisées ont des difficultés à se pardonner et à se faire confiance, de même qu’à adopter le développement et des moyens de subsistance durables »,a déclaré le maire du district de Bugesera, Richard Mutabazi.

Cependant, le gouvernement rwandais et les organisations de la société civile locale ont déjà réalisé des investissements et des progrès importants dans la guérison des traumatismes, la cohésion sociale et l'amélioration des moyens de subsistance. Pour soutenir ces efforts en cours, la Commission nationale pour l'unité et la réconciliation, Prison Fellowship Rwanda et Interpeace ont commencé à mettre en œuvre la phase pilote d'un programme de guérison sociétale dans le district de Bugesera, qui a été le plus durement touché par le génocide contre les Tutsi. Cette étude de référence sur la santé mentale et la guérison sociétale faisait partie de ce programme, lancé en octobre 2020.

"Nous voulions évaluer l'état actuel des communautés du district de Bugesera, en ce qui concerne la santé mentale, la cohésion sociale et les moyens de subsistance collaboratifs, puis utiliser les données comme base pour développer des protocoles d'intervention pour le district et au-delà", a expliqué le représentant d’Interpeace au Rwanda et dans la région des Grands Lacs, Frank Kayitare. « Nous avons obtenu une contribution inestimable des organisations gouvernementales et non gouvernementales. Ces intrants ont rendu notre programme plus réactif, permettant un résultat potentiellement plus résilient ».

La présentation des résultats de cette étude lors de la conférence, le 2 septembre, a marqué l'achèvement de la première étape de ce programme pilote, connue sous le nom de « Renforcement des capacités communautaires pour la cohésion sociale et la réconciliation par la guérison des traumatismes sociétaux dans le district de Bugesera ».

« Nous sommes très heureux de voir ce projet aboutir après plusieurs discussions qui ont commencé sur ce sujet très important entre Interpeace, le gouvernement, l'UE et d'autres partenaires il y a plus d'un an », a déclaré l’ambassadeur de l'UE au Rwanda, Nicola Bellomo.

Le défi de la santé mentale au Rwanda est multidimensionnel. Le manque de remords et de pardon, l'impunité et la pauvreté ont tous été cités dans la recherche comme des facteurs qui sous-tendent la méfiance entre les groupes sociaux. Un autre aspect important révélé par l'étude était le défi de la réinsertion réussie des auteurs de génocide condamnés qui ont terminé leur peine de prison. Plus précisément, il a été constaté que la réintégration est très souvent une expérience extrêmement difficile, pour les anciens prisonniers mais aussi pour les communautés qui les accueillent. Les problèmes de stigmatisation sociale, de rejet par la famille et d'incapacité à maintenir des moyens de subsistance ont été les plus fréquemment signalés parmi les ex-détenus libérés. Ces défis sociaux auxquels sont confrontés les ex-prisonniers aggravent les problèmes causés par une longue période d'incarcération, qui incluent la perte d'identité sociale et professionnelle, l'érosion des relations familiales et de l'expression émotionnelle, de même que la perte d'espoir dans l'avenir.

« Les défis au niveau communautaire ne sont pas seulement unidimensionnels et nécessitent un effort de collaboration. Ce qui se passe au Rwanda est un exemple révolutionnaire et brillant. Nous devrions penser à l'évolutivité de ces initiatives pour un meilleur résultat », a déclaré ée représentant régional principal pour l'Afrique orientale et centrale chez Interpeace, Theo Hollander.

En termes de moyens de subsistance, l'enquête de base a révélé des preuves de difficultés économiques. Les gens luttent pour survivre aussi bien qu'ils le peuvent dans des circonstances défavorables. Un défi clé qui a émergé de l'étude est la faible production agricole qui contribue à l'insécurité alimentaire. Le recours à l'agriculture pluviale, l'accès insuffisant aux terres irrigables, l'utilisation limitée d'engrais et la propriété limitée de bétailsont tous en cause. Les résidents comptent inévitablement sur les marchés pour compléter leurs approvisionnements alimentaires, ce qui à son tour pousse les jeunes à des rôles de travail subalternes afin de générer les liquidités nécessaires, réduisant leur disponibilité pour participer à l'éducation et à la formation. Les compétences professionnelles faisaient défaut dans le district, la grande majorité des personnes interrogées déclarent que leur seule compétence professionnelle est l'agriculture avec des outils de base.

« Notre objectif au Rwanda est de développer des interventions complètes, d'associer des solutions rwandaises locales aux meilleures pratiques internationales et d'utiliser plusieurs types de preuves pour améliorer la santé mentale », a déclaré le directeur exécutif adjoint de Prison Fellowship Rwanda, Ntwali Jean Paul.

L'étude a également évalué les perspectives et la dynamique du genre et des jeunes en termes de santé mentale, de relations familiales, de réinsertion des prisonniers et de moyens de subsistance. Elle a révélé que les femmes du district de Bugesera ont été profondément affectées par le génocide, par diverses voies directes et indirectes. En ce qui concerne la santé mentale, l'étude a révélé que plus de femmes que d'hommes ont signalé des problèmes d'anxiété et de dépression. En ce qui concerne la transmission intergénérationnelle des héritages du génocide, l'étude a identifié deux défis majeurs pour les jeunes ; le premier est de grandir dans une famille dans laquelle les parents souffrent de problèmes psychosociaux étendus en raison de leurs expériences traumatisantes, dans la mesure où cette situation mine leur capacité en tant que parents. La seconde est la difficulté pour les parents de discuter des événements et des expériences qui provoquent souvent chez leurs enfants un sentiment de confusion, de colère ou d'insécurité.

« La santé mentale est cruciale pour faire progresser la cohésion sociale au Rwanda. Les équipes d'Interpeace Rwanda, de la Commission nationale pour l'unité et la réconciliation, du ministère de la santé et de Prison Fellowship Rwanda ont aidé les Rwandais et le gouvernement à relever ces défis et traumatismes liés à la santé mentale et nous nous engageons à en faire plus avec nos partenaires », a déclaré le président d'Interpeace, Scott Weber.

Les résultats de l'enquête de base ont informé le développement de plusieurs nouveaux protocoles d'évaluation et d'intervention, qui guideront les efforts futurs liés à la santé mentale, à la cohésion sociale et aux moyens de subsistance durables au Rwanda. L'ensemble de ceux-ci comprenait une intervention holistique de santé mentale et de soins psychosociaux combinant des solutions locales rwandaises avec les meilleures pratiques internationales. Plus précisément, les protocoles de dépistage visaient à évaluer la population communautaire et à affecter les participants aux interventions, en fonction de leurs besoins individualisés. Parmi les autres dispositifs développés, il existe un protocole de thérapie axé sur la résilience et un programme de compétences socio-émotionnelles pour les soins de santé mentale ; espace de ressourcement multifamilial et adaptations des protocoles de sociothérapie pour la cohésion sociale ; évaluation des risques et de la résilience des détenus et protocoles de réhabilitation des détenus et feuille de route pour la réinsertion ; ainsi qu'un protocole collaboratif sur les moyens de subsistance pour guider le développement des entreprises communautaires.

Vous pouvez écouter l'enregistrement de la conférence ici : https://spoti.fi/3zOnMod

Notre programme de guérison sociétale au Rwanda renforce les capacités des communautés grâce à une approche innovante et holistique pour accroître les investissements dans la santé mentale, lutter contre les traumatismes et faire progresser la cohésion sociale. Le programme est financé par l'UE à travers son instrument contribuant à la stabilité et à la paix (IcSP).

Libye : la valeur ajoutée des processus locaux de paix et de réconciliation

La Libye traverse des mois difficiles alors que le pays se dirige vers les élections du 24 décembre. Le 2 juillet 2021, le Forum de dialogue politique libyen (LPDF), soutenu par l'ONU, n'est pas parvenu à un consensus sur les bases constitutionnelles des prochaines élections. Plus tôt en juin, lors de la deuxième conférence de Berlin, il n'y avait pas eu de progrès significatif en termes de retrait de troupes ou de mercenaires étrangers du pays.

Dans ce contexte fortement divisé, les processus de réconciliation communautaires sont essentiels pour résoudre les conflits découlant des griefs locaux. Cependant, trop souvent, les populations et communautés locales ne sont pas suffisamment impliquées dans les processus de paix de haut niveau. Pour combler ce fossé, Interpeace a réuni un large éventail d'agents de changement impliqués dans l'établissement d'une vision commune des priorités pour la paix afin d'apporter des solutions au niveau local à travers le dialogue communautaire.

Les profondes divisions politiques qui caractérisent la Libye découlent et alimentent les griefs locaux – créant un cercle vicieux et rendant le travail au niveau communautaire d'autant plus important. Depuis 2011, l'engagement d'Interpeace en Libye s'est concentré sur le développement d'infrastructures locales pour la paix et la cohésion sociale. Au milieu de cet état de conflit prolongé, les Libyens sont frustrés par la stagnation politique continue, l'échec des processus de dialogue et les promesses non tenues. Dans le contexte de crise multiforme de longue date en Libye, les espoirs d'une transition démocratique dans les prochains mois sont grands, même avec les derniers revers, mais cette situation est compliquée par de nombreux défis sociaux et politiques en plus du conflit en cours et de la propagation du Covid-19.

Les années de conflit ont également affaibli la cohésion sociale déjà fragile et creusé les écarts dans le pays. Le rétablissement de celle-ci et de l'inclusion doit être une priorité tout en construisant une paix durable dans une situation de conflit aussi complexe que celle de la Libye. À travers son projet « Renforcer la cohésion locale en Libye : une voie vers une paix durable », Interpeace cherche à renforcer les capacités de résilience locale pour une paix durable et à contribuer au développement d'un environnement local pour la stabilité et la croissance future en Libye. Près de 30 communautés bénéficient du programme.

Au cours des dix dernières années en Libye, Interpeace a développé et accompagné un réseau de plus de 200 « agents de changement » ou « facilitateurs de dialogue », à travers le pays, travaillant directement avec la population. Ce groupe est composé d'individus influents de tous âges, sexes et statuts sociaux. Ses membres jouent un rôle important dans la construction d'une paix résiliente en Libye de bas en haut, en veillant à ce que les communautés engagées soient équipées pour être plus résilientes aux conflits, en particulier au niveau communautaire. Cette initiative vise à catalyser la collaboration entre les communautés libyennes et avec les autorités nationales, pour établir une vision commune des priorités pour la paix à travers le renforcement des plateformes de dialogue et celuides capacités des agents de changement dans les communautés locales. Cet effort est soutenu par le ministère fédéral allemand des Affaires étrangères et le Département fédéral suisse des Affaires étrangères.

« Sur le plan pratique, j'ai été grandement responsabilisé dans ma participation sociale. Il y avait certaines activités dont je me suis tenu à l'écart, pensant qu'elles appartenaient aux spécialistes, et je n'y ai jamais participé. J'ai senti que cela [l'engagement dans l'initiative] m'a donné le courage de participer. Je restais à l'écart de ceux qui avaient des idées et des positions opposées, mais j'ai commencé à intervenir de manière positive. Si une situation difficile survient, j'essaie de trouver des solutions constructives », explique une agente de changement de Tobrouk.

Dans le cadre du programme, Interpeace met en place diverses initiatives pour rassembler des agents de changement basés dans différentes parties de la Libye et soutenir leurs efforts pour construire un environnement social pacifique. Le rassemblement le plus récent a eu lieu à Tunis du 20 au 28 juin 2021. Il a été organisé pour aider ces dirigeants et influenceurs communautaires à identifier et à résoudre les problèmes prioritaires au sein des communautés.

« Cette expérience peut être caractérisée de deux manières : nous avons établi des relations dans toutes les villes libyennes en maintenant une communication directe. Je veux dire, maintenant j'ai des amis dans chaque ville libyenne et je peux dire que 60% de l'avantage que j'ai gagné est le fait que je connais personnellement des jeunes de toutes les villes et de différents domaines. […] Personnellement, j'ai rencontré des personnes influentes dans différentes communautés, des personnes sages et des personnes influentes dans la société civile. […] Nous savons que la méfiance peut exister entre les individus envers les organisations internationales travaillant en Libye, mais Interpeace a une approche différente – c'est une expérience particulière », explique un agent de changement de Tobrouk.” explains a male change agent from Tobruk.

Quarante personnes divisées en deux groupes ont participé à des sessions de quatre jours pour chacun d’entre eux. L’atelier a été organisé pour donner aux facilitateurs de l’Est de la Libye les compétences et les outils requis pour des dialogues communautaires adaptés à leur contexte local.

« Je suis timide – même quand j'ai quelque chose à dire, je préfère rester en retrait, me taire. Je ne suis pas sociable par nature, je préfère rester à la maison. Ma participation aux ateliers […] m'a donné envie d'exprimer mon point de vue qu'il soit accepté ou non par l'autre partie. Maintenant, sur le plan social, j'ai le pouvoir de participer aux projets en cours en Libye, tels que le renforcement du rôle des femmes dans les processus électoraux, en tant qu'électrices ou en tant que candidates, ainsi qu'au niveau de la réconciliation nationale », explique une femme agente de changement d'Al-Baida.

Ce travail est essentiel avec les changements actuels qui ont lieu dans le contexte politique sensible de la Libye et à l'approche des élections dans lesquelles les communautés joueront un rôle clé.

The role of the change agents will be critical in the eventual implementation of a political agreement in bringing public support, particularly among civil society, who are likely to be key champions of any peace outcomes negotiated. The sustainability of a political solution will be dependent on a shared societal agreement about what peace means and what it entails, but also community engagement –going beyond simple outreach - as an actual process of inclusion in the implementation to ensure sustainable peace,” concluded Renée Larivière, Senior Director for Programme Management at Interpeace.

Rwanda Genocide Remembrance Day 2020: Monica McWilliams’ message of remembrance and hope

In 1994, the Genocide against the Tutsi in Rwanda claimed about 1million lives and left the country with the massive burden of overcoming this national trauma and building a fresh future.

The Chair of Interpeace’s Governing Board, Monica McWilliams, was in Rwanda recently and has spoken of her, ‘incredibly moving experience’ of visiting the Kigali Genocide Memorial.

In this video recording, issued today in remembrance of the Genocide against the Tutsi, Ms McWilliams says Rwanda is doing better in rebuilding from a genocidal history and fostering social cohesion. She also talks about how Interpeace is supporting the Government’s efforts in trauma healing in the country. “Rwanda is holding out the potential that we can move on,” Ms McWilliams says.

Watch video below:

A conversation with Edelberto Torres Rivas on the 20th anniversary of Interpeace

Interpeace interviewed Edelberto Torres Rivas, a renowned sociologist. Rivas was also the Director of the Interpeace project in 1997 (at that time the War-torn Societies Project) in order to gauge the progress of social reconstruction. Rivas discusses how Interpeace has encouraged a dialogue aimed at bringing diverse Guatemalan political and social actors together. He also explains how both material reconstruction and national reconciliation are necessary for peace to be sustainable in Guatemala.

Selective memory of forgotten victims

Issues of transitional justice and how to deal with the past have been identified as major obstacles to peace in Burundi. This report aims to contribute to the reconstructions process and the truth about the painful past of Burundi. The report also identifies the divides that are still existing in Burundi and that are preventing the transitional justice process from making progress. The document also formulates concrete recommendations for possible solutions to issues of transitional justice.