Comprendre et prévenir la violence politique en Côte d’Ivoire (PREDIA 2021 – 2023)

Une vidéo qui retrace les activités menées dans le cadre du projet PREDIA en Côte d’Ivoire, œuvrant pour comprendre les facteurs qui rendent une zone vulnérable à la violence politique et pour la mise en place de Cadres de Collaboration outillés agissant en prévention de cette violence.

Local chief embraces change towards championing inclusive peacebuilding and governance in the Kasaï region

André Kalamba Dilondo, the chief of Kalamba village in the Tshofa local administrative unit, Mweka territory, Kasaï province, Democratic Republic of Congo (DRC), has played a significant role in promoting peacebuilding and inclusive governance between the Kuba and Teke communities in the troubled Kasaï region.

Since 2016, the once peaceful Kasaï region has been plagued by conflicts known as the "Kamuina Nsapu" conflicts. These conflicts originated a dispute over Prince Jean Mpandi’s alleged customary power as the chief of the "Bajila Kasanga" village in the Dibaya territory, Kasaï-Central province. The situation escalated in the Mweka territory, leading to a conflict between the Kete and Kuba communities in the Kakenge locality. The Kete community consists of the Luba people, an Indigenous ethno-linguistic group in the south-central region of the DRC, while the Kuba, also known as Bakuba or Bushongo, comprise around 16 Bantu-speaking groups in southeastern Congo.

As the conflicts unfolded, traditional chiefs with Luba connections, whose authority was also challenged, brought the conflicts to Kasaï province. In response, loyalists and other communities formed self-defence forces to protect themselves. Exploiting this turmoil, the Kete forcibly evicted some Kuba from their homes due to pre-existing land disputes. Chief Kalamba André, a respected figure within the Kete community, supported this action and claimed the confiscated houses, often referred to as “secondary occupations.” The situation worsened as violence erupted among the chief’s followers, the government, and the security forces involved. Traditional chiefs of Kuba descent also brought these conflicts to Kasaï province as their authority was contested. To counter this threat, loyalists and other communities aligned themselves with the loyalist forces, forming self-defence forces for protection.

However, Chief Kalamba, who was initially a warlord, has transformed into a champion of peace in his region. He has actively participated in numerous peacebuilding activities organised by Action pour la paix et la concorde (APC) in partnership with InterpeaceThese activities were funded by the Swedish Agency for International Development (SIDA) and were part of two projects: the Mediation and Reconciliation project initiated in 2019, and the Strengthening Inclusive Peace Governance in the DRC project in 2021. In the Kasaï region, Interpeace launched the programme "Strengthening Inclusive Governance of Peace in Kasaï and Kasaï Central" to build trust between national authorities and customary power. Unlike other conflicts in the DRC, the conflict in Kasaï primarily arises from tensions between customary power and authority rather than power struggles, identity, or resources. This has resulted in rivalries between the Luba and non-Luba ethnic groups, intensified by disputes over new administrative positions.

Chief Kalamba gradually recognised the significance of peace and harmonious coexistence in community development through the peacebuilding projects. In 2020, he reconciled with his adversary, Shakobe, a Kuba traditional chief, by signing a peace pact. During a 2022 dialogue on identifying dialogue zones and actors, Chief Kalamba announced that he had instructed his community members to return the houses they had confiscated from the Kuba.

Emphasising the importance of inclusion, Chief Kalamba stated: “Thanks to the dialogues and peacebuilding activities organised by Interpeace in collaboration with APC, in which I participated, and the awareness generated from these activities, I instructed my ‘Kete’ community members to release the houses of our ‘Kuba’ community brothers that they had occupied.”

Members of the Kuba community confirmed this progress during the 2023 journalists training event that focused on conflict sensitivity before, during, and after the DRC general elections held on 20 December 2023. Since then, the two communities have developed a mutually beneficial relationship and have even collaborated in resolving land conflicts in the Mpalulu forest, also known as Angola. Whenever issues arise among their members, influential figures from both communities come together to find suitable solutions.

During an event focused on inclusive peace governance and women's leadership, Chief Kalamba met Charlie Changa Bimuenyi, a peacebuilding activist from the Interpeace programme. Through her advocacy, Chief Kalamba agreed to include women in his royal council. Recognising the valuable roles women play in the community, he appointed eight women to this council.

Click here to learn more about Charlie Changa Bimuenyi

 

Livelihoods for Peace

The Livelihoods for Peace Paper explores the vital connection between livelihoods and peacebuilding in conflict-affected regions. As international commitment to peacebuilding grows, integrating livelihoods and peacebuilding programmes gains importance. Livelihoods offer tangible benefits, addressing the practical needs of communities, making them an accessible entry point for peacebuilding initiatives. But decent and sustainable livelihoods, if accessible fairly between and across societies, also contribute to peace and stability. Although the link between fair livelihoods and peace is well-established, there is a lack of comprehensive evidence or best practices. Livelihoods for Peace proposes a theory of change, focusing on four key areas: expanding livelihood opportunities, strengthening regulatory mechanisms, promoting cooperative livelihood activities, and enhancing access to social protection. These familiar livelihood interventions are designed on the basis of peace and conflict and market analysis, and integrate familiar peacebuilding methods such as dialogue, mediation, violence interruption, psychosocial recovery and reconciliation, fostering cooperation, trust, and resilience. Integrating peacebuilding and livelihoods efforts necessitates explicit theories of change, emphasising fairness, inclusivity, and gender sensitivity. Engaging experts from both fields and working at multiple levels ensures consistent outcomes and contributes to building enduring peace. Collaboration between governments, international agencies, civil society, and businesses is crucial, enabling conflict-affected communities to establish sustainable livelihoods and foster peace.

Renforcer le leadership des femmes pour la paix au Kasaï

La région du Kasaï, jadis oasis de paix, a connu ces dernières années une situation sécuritaire délétère à la suite d’un conflit très violent d’origine coutumière dans le groupement « Bajila Kasanga », dans le territoire de Dibaya, province du Kasaï-Central, l’une des 15 nouvelles provinces de la République Démocratique du Congo.

Né en 2016 de la revendication, émise par Jean Prince Mpandi, de la reconnaissance légale de son pouvoir par les autorités étatiques, celui-ci avait occasionné l’émergence des milices « Kamwina Nsapu », qui semèrent la terreur sur toute l’étendue de la province du Kasaï-Central d’abord, puis dans l’ensemble des cinq provinces de l’espace kasaïen, couramment appelé « Grand Kasaï2 ».

Ce conflit avait engendré dans la région une crise humanitaire sans précédent et entraîné des exactions qui avaient provoqué de nombreuses pertes en vies humaines, des pillages et des destructions des infrastructures de base ainsi que des déplacements massifs des populations, freinant ainsi le développement local, provincial et régional. Une crise de confiance a été exacerbée entre membres des communautés et entre populations et institutions étatiques, menaçant ainsi les efforts de réconciliation et de reconstruction, à cause des blessures restées ouvertes.

Thérèse MBELU, l’une des femmes victimes des traumatismes liés aux atrocités du phénomène « Kamuina Nsapu », raconte son histoire :

« Résidente à Tshikula, territoire de Dibaya, le foyer du phénomène « Kamuina Nsapu », je restais avec ma belle-sœur dont le mari vivait à Kananga. Les miliciens sont entrés et ont décapité en sa présence la belle-sœur. Le beau-père qui assistait avec moi à cet événement a à son tour été attaché à un arbre et exécuté. Ces deux événements m’ont sérieusement affectée, j’avais commencé à piquer des crises d’hypertension et de gastrite chaque fois que ce souvenir me revenait à l’esprit. Je suis restée très faible même physiquement et inconsolable, la vie ne valait plus rien pour moi ; tellement désespérée. Je suis restée garder les orphelins de ma belle-sœur en plus de mes huit enfants ».

« Au mois d’octobre 2022, une ONG nationale, Travail et droits de l’homme (TDH), travaillant en partenariat avec Interpeace et avec le soutien financier du Fonds pour la consolidation de la paix en République Démocratique du Congo (PBF-RDC), a effectué une mission d’identification des cas des femmes victimes de traumatismes liés au conflit « Kamuina Nsapu » à Tshikula. Jean Marie Kajibwe, président du groupe de dialogue permanent (GDP) Dibataye, qui connaissait ma situation, m’a invitée à participer à cette rencontre où plusieurs autres femmes étaient conviées. Après avoir suivi les enseignements, chacune de nous a présenté individuellement son histoire. Ensuite, j’ai été orienté chez le médecin directeur de l’hôpital de Tshikula qui lui aussi m’a écouté et à son tour m’a recommandé auprès d’un assistant psychosocial qui a commencé à me fréquenter et me prodiguer régulièrement des conseils. Ceux-ci m’ont beaucoup réconforté et, au fur à mesure, j’ai fini par comprendre que ce n’était pas la fin du monde.

C’est alors qu’au mois de mars 2023, l’équipe de TDH est revenue à Tshikula et nous a demandé à chacune ce que nous souhaitions dans la vie comme métier, parmi trois filières proposées, à savoir la coupe-couture, la savonnerie et la pâtisserie. Moi, j’avais choisi de faire la savonnerie car j’en avais déjà fait une fois dans le passé mais de faible qualité. Nous étions une équipe de 30 apprenantes pour la savonnerie, encadrées par Madame Esther pendant deux mois. Nous avons appris et pratiqué beaucoup de choses. C’était aussi pour nous de bons moments de partage de nos douloureuses expériences et pour nous réconforter mutuellement. Dès lors, ces souvenirs ne me reviennent plus souvent et ma santé s’est améliorée.

A présent, j’ai amélioré la qualité des savons que je fabrique et tout le monde les apprécie. Ceux-ci sont très sollicités, mais je suis limité par les moyens. Mes savons sont vendus aux marchés de Tshikula et Nkufula. Toutes les deux semaines, j’utilise trois kg de soude caustique, six mesures d’huile que je mélange à trois mesures d’eau pour produire 180 savons, l’un d’entre eux étant vendu à 500 francs congolais. Ainsi avec mon petit capital de 60'000 FC, je gagne à chaque production un bénéfice de 30'000 FC chaque deux semaines et cette situation me permet de payer les frais scolaires de mes enfants et mes deux orphelins ».

Thérèse Mbelu remercie du fond de son cœur cette initiative d’Interpeace, à travers son partenaire TDH, qui a pensé à redonner espoir de vie aux femmes traumatisées par les effets du conflits « Kamuina Nsapu ». Elle a témoigné qu’au début de la formation chacune était renfermée sur elle-même, mais au fur à mesure qu’elles se fréquentaient, celles-ci ont appris à partager leur expérience, elles se réconfortaient et voilà que petit à petit elles retrouvent la joie de vivre. Les femmes se sont regroupées en Association villageoise d’épargne et crédit (AVEC) au sein de laquelle elles se réunissent tous les dimanches. Bien que l’épargne continue à leur faire défaut à la suite de leur vulnérabilité, elles restent confiantes en elles-mêmes, espérant que si jamais elles bénéficiaient d’une quelconque assistance en activités génératrices de revenus, elles pourraient travailler davantage et améliorer leur situation économique et épargner dans leur AVEC.

Des élections pacifiques en Côte d’Ivoire grâce à un baromètre de la violence politique, l’engagement participatif et la mobilisation citoyenne

En Côte d’Ivoire, l’environnement socio-politique et la gouvernance démocratique demeurent fragiles dans de nombreuses localités, plus d’une décennie après la crise post-électorale de 2010 qui a fait officiellement plus de trois mille morts. La faible participation de la population à la gestion des affaires publiques, couplée à la persistance de tensions autour des modalités de désignation de certaines autorités coutumières ou politiques, et à un sentiment d’abandon et de défiance à l’égard de certaines autorités gouvernementales, constituent un terreau fertile pour la manipulation politique de conflits et tensions latentes au sein des communautés.

Ce risque est particulièrement accru lors des échéances électorales. A l’occasion des élections locales (municipales et régionales du 13 octobre 2018) et de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, des confrontations violentes au sein de la population ont eu lieu. Dans certaines localités, en plus de ces tensions, des accusations de pression, de manipulation du processus électoral et de falsification des résultats ont été formulées entre partisans. Du fait du manque d’encadrement de mécanismes de gouvernance démocratique locale, souvent fragilisés, ces cycles de violence politique et électorale prennent encore plus d’ampleur.

Face à ces menaces pour la paix et la cohésion, Indigo Côte d’Ivoire et Interpeace, ont réalisé, avec l’appui technique de leur partenaire SeeD (Centre for Sustainable Peace and Democratic Development), un processus de consultations et une enquête dénommée SCORE, à l’effet d’analyser les déterminants clés et les leviers de prévention de la violence politique dans le pays.

Parmi les messages clés issus de cette recherche, « la vulnérabilité d’une localité aux phénomènes de violence politique s’illustre par un contexte où les communautés ont tendance à se replier sur elles-mêmes et éviter de s’intégrer aux autres ».    

Ces contextes sont identifiables par le caractère peu apaisé des interactions quotidiennes entre les groupes sociaux (politiques, religieux, ethniques) et le passage aisé d’évènements « anodins » (par exemple lors d’un match de football ou d’un accident de voiture) à un conflit intergroupe. Cette dynamique aboutit à une fragilisation du lien social entre les communautés qui les prédispose à la confrontation violente.

Face à ces constats des Cadres de collaboration (CDC) ont été mis en place. Cette ingénierie de gouvernance collaborative citoyenne des initiatives de prévention et de gestion des conflits au niveau local a permis d’obtenir des résultats satisfaisants, par exemple une absence de violence observée pendant les élections municipales, sénatoriales et régionales en 2023, dans les zones de mise en œuvre du projet.

A Béoumi (au centre de la Côte d’Ivoire), par exemple, la mise en place du CDC a été marquée par un contexte de grande méfiance entre les communautés. Cependant, grâce à leurs actions, les premiers membres du cadre de collaboration, essentiellement composé de membres influents d’une seule communauté, sont arrivés à intégrer des membres des autres communautés dans ce dispositif Ils y sont parvenus en démarchant des acteurs pertinents et influents en vue de faciliter la participation des autres communautés aux initiatives de rapprochement communautaire; ces derniers ont par la suite été invités aux différents ateliers et sessions de dialogue avec le CDC, ce qui a facilité leur adhésion. Grace à cette stratégie, le cadre a une coloration hétérogène et intercommunautaire et mène désormais des activités dans les différents quartiers de la localité.

De même, la ville de Divo (sud du pays), qui s’illustrait par des affrontements intercommunautaires à chaque élection, qu’elle soit locale ou nationale, a pu gagner le pari de ‘’ Zéro violence ‘’ lors du dernier scrutin.

 « Au niveau de Divo, notre CDC est assez jeune puisqu’il date de mars 2023. Mais avant cela, la ville de Divo a été marquée par une succession de conflits post-électoraux. Et ces conflits sont restés marqués dans la mémoire collective. De sorte qu’on a atteint un pic de violence en août 2020 (élection présidentielle) qui a occasionné des pertes en vies humaines (…). Il y avait une certaine polarisation entre les autochtones et non autochtones. Le CDC a initié un certain nombre d’action auprès de ces personnes-là qui étaient fortement impliquées dans les violences de 2020. Il y a eu des causeries débats avec les femmes qui ont aussi participé de manière active aux conflits et aussi une rencontre avec les jeunes. Cela nous a énormément aidé car cette année les élections régionales et municipales se sont déroulées dans la paix. Le CDC a rencontré les candidats politiques et états-majors et ceux-ci se sont impliqués dans cette dynamique de paix. Ils ont pris la résolution de parler à leurs militants pour que cette année les élections se déroulent dans de bonnes conditions et c’est ce qui a été fait », estime le sous-préfet de Divo.

Plusieurs autorités administratives de la région ont fait le vœu de voir s’installer un Cadre de collaboration dans leurs circonscriptions. Et de fait, à l’orée de l’élection présidentielle de 2025, un besoin important de passage à échelle et de renforcement de ces structures et mécanismes de prévention au sein des zones les plus affectées lors des précédents cycles électoraux semble nécessaire, comme exprimé par les parties prenantes. L’objectif est de prévenir durablement la transformation de divisions entre partisans de différents dirigeants politiques en conflits communautaires..

La ministre ivoirienne de la cohésion nationale, de la solidarité et de la lutte contre la pauvreté, LOGBOH Myss Belmonde DOGO, l’exprimait ainsi lors de la clôture du projet : « Au moment où s’achève le projet et à l’aune de l’élection de 2025, l’anticipation doit être le maître-mot. Nous devons presser le pas pour ne pas agir seulement à la veille des échéances et engranger des résultats positifs. C’est pourquoi, j’invite Interpeace, Indigo, SeeD et les autres acteurs à bâtir avec nous l’avenir. (…) Il est important de pouvoir étendre cette ingénierie de gouvernance collaborative et citoyenne au-delà des localités qui en ont déjà bénéficié, parce que les résultats démontrent que c’est une approche qui peut permettre vraiment de réduire la violence et les conflits de manière durable et surtout à travers l'engagement et l’appropriation de tous », a-t-elle affirmée.

La cheffe de la délégation de l’Union européenne en Côte d’Ivoire, l’ambassadrice Francesca Di Mauro, est du même avis : « Nous avons tous en ligne de mire les prochaines élections, notamment présidentielle, qui suscitent beaucoup d’engouement et de ce fait peuvent présenter potentiellement des risques. Ce contexte général éveille notre attention et nous interpelle tous sur notre responsabilité et notre rôle pour [nous] assurer que le jeu démocratique et l’animation de la vie politique, ne soient pas des opportunités de violence, mais bien des moments de dialogue pour construire une société harmonieuse et paisible ».

En adéquation avec ces orientations, l’une des principales recommandations de cette enquête est la mise en place, à court terme, d’un outil barométrique permettant un système d’alerte et de réponse précocesur la base des résultats de l’analyse SCORE, allant de pair avec une mise à l’échelle des cadres de collaboration sur l’ensemble du territoire ivoirien.

Accédez à tous les résultats de l’enquête SCORE ici et au rapport de synthèse des analyses et des recommandations ici.

Coach Abou, de victime à acteur de paix

Coach Abou raconte son expérience à Béoumi (Côte d’Ivoire), et comment il a pu transformer le traumatisme qu’il a subi pendant la crise ivoirienne en élan de construction de paix grâce au Cadre de Collaboration du projet PREDIA d’Interpeace.