Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace
Home - Interpeace : Interpeace

Plus semblables que différents : observations des interactions transfrontalières

14 juin, 2023

En tant qu’ancien élève de la bourse Hubert H. Humphrey, les mots « nous sommes plus semblables que différents » sonnent juste et définissent ma vision du monde depuis un certain temps maintenant. Faire partie du programme de dialogue transfrontalier et pour la paix et l’autonomisation des jeunes a non seulement nuancé davantage ces paroles, mais a aussi lentement transformé ces paroles profondes en un mantra personnel. Un aspect commun aux deux programmes est la possibilité d’établir des liens sociaux et significatifs avec les « autres ». Quinze mois plus tard, le rôle des liens sociaux dans la suppression des barrières me semble plus clair que jamais.

L’histoire nous apprend que les êtres humains ont chassé, voyagé et vécu en groupes sociaux, ce qui montre que ceux-ci sont intrinsèquement sociaux. Ces groupes permettent des interactions sociales, du soutien et de la collaboration pour atteindre les objectifs et prospérer. Cependant, ils nécessitent des liens relationnels pour fonctionner. La connexion est un besoin humain fondamental qui permet aux humains de s’épanouir malgré leurs différences. Cette situation offre également des avantages tels qu’une bonne santé mentale, une plus grande estime de soi, une plus grande empathie, des relations plus confiantes et collaboratives, un sentiment d’identité et d’appartenance (lorsque nous nous sentons acceptés et valorisés) – nous protégeant à bien des égards. C’est dans les groupes sociaux que nous acquérons des compétences et des connaissances qui nous aident à prospérer dans nos environnements, dont plusieurs sont complexes.

Aujourd’hui, je suis à Bukavu, parmi des amis du Burundi, de la République démocratique du Congo (RDC), du Rwanda et de l’Ouganda – des gens que j’aime particulièrement. Début 2022, je ne pouvais qu’imaginer ce qu’apporterait la mise en œuvre d’un projet transfrontalier dans la région des Grands Lacs.

Le Dialogue transfrontalier pour la paix et l'autonomisation des jeunes dans la région des Grands Lacs est une initiative quinquennale mise en œuvre par Interpeace et ses partenaires Pole InstituteNever Again Rwanda (NAR)le Centre d’alerte et de prévention des conflits (CENAP)Action pour la paix et la concorde (APC)Refugee Law Project (RLP)et Vision jeunesse Nouvelle (VJN)Bénéficiant d'un financement de l'Union européenne et de la Coopération suisse au développement, le programme fusionne deux projets, à savoir le « Youth Innovation Lab for Peace » également connu sous le nom de « YouthLab » et le « Cross-border Dialogue for Peace in the Great Lakes region, phase III ». Il est mis en œuvre selon trois piliers principaux : le renforcement des capacités, le dialogue et le plaidoyer. Il cible les jeunes de moins de 30 ans, avec un total de 30 jeunes innovateurs et 120 Peace Fellows actuellement engagés dans les deux projets. Les jeunes participants ont été sélectionnés parmi diverses nationalités et origines, y compris des réfugiés travaillant sur diverses questions sociales et économiques.

Réunir de jeunes entrepreneurs, des militants communautaires, des étudiants, des artistes professionnels, du personnel technique et de communication, des médecins, des infirmières, des avocats et des agents de développement à différentes étapes de leur carrière et de leur vie n’a pas été sans heurts. Certains de ces jeunes sont formellement employés, d’autres dirigent leurs initiatives tandis que d’autres se trouvent à différents niveaux d’éducation. Cependant, ils sont tous unis par le désir d’établir la paix dans leurs communautés et dans la région.

Ces jeunes ont eu l’occasion d’interagir avec des responsables dans leur pays et au-delà. Par exemple, ils ont dialogué avec le vice-gouverneur de Bukavu et le gouverneur de Rubavu, tous deux des dirigeants favorables aux jeunes et optimistes qui ont partagé des récits personnels positifs de leur vie dans les différents pays de la région. S'engager avec d'autres jeunes, tant dans leur propre pays qu'au-delà, a offert de nouvelles opportunités à beaucoup d'entre eux. Leurs premiers voyages dans les districts et sous-régions de leur pays, le processus d'obtention et de possession de documents de voyage, la collaboration avec les agents d'immigration avant et pendant le passage des frontières, et l'animation de sessions tout en s'engageant dans les diverses activités du projet ont été quelques-uns des changements selon certains jeunes.

Au cours des activités du projet en Ouganda, au Burundi, au Rwanda et maintenant en RDC, les jeunes ont été mis au défi de se connaître, de s’interroger et de comprendre les points de vue de chacun. Parallèlement, ils ont continué à se soutenir, à se défier les uns les autres et à établir des amitiés au-delà des divisions. J'ai vu des jeunes qui se sont initialement rencontrés en tant qu'étrangers lors d'événements nationaux et régionaux s'ouvrir, interagir et apprendre à se connaître. Ce faisant, ils ont établi des liens, élargi leurs réseaux et repensé les préjugés et les notions qu’ils avaient à propos des « autres » et de leurs expériences. Ces étapes et actions sont essentielles à la construction de la paix.

Pour moi, la consolidation de la paix consiste essentiellement à comprendre l’interdépendance du monde – à comprendre que la douleur d’un autre individu, d’une autre communauté ou d’un autre pays nous affecte directement ou indirectement. Il est donc de notre responsabilité de garantir que ces douleurs soient évitées et, au mieux, traitées efficacement.

Apprendre à connaître une personne en tant qu'individu nous permet d'acquérir une meilleure compréhension de la personne, de son mode de vie, de sa culture, des défis auxquels elle est confrontée et généralement de qui elle est. Cette situation nous permet d’identifier des similitudes, ce qui garantit souvent une compréhension de l’interdépendance du monde. Au départ, de nombreux jeunes participant au projet se sont cantonnés à des groupes plus petits, informés par les similitudes dont ils étaient conscients – lieux de résidence, nationalité, langue et même sexe dans certains cas.

Alors que nous avons continué à nous rencontrer lors d'activités nationales et régionales, bon nombre de ces groupes initiaux se sont depuis dissous, donnant naissance à des individus interactifs dont beaucoup sont de plus en plus soucieux les uns des autres. Atteindre ce type de pleine conscience nécessite des connexions qui nous permettent de comprendre et de développer de la compassion et de l'empathie envers les personnes que nous voyons comme différentes. Il s’agit d’un élément indispensable pour nous permettre de résister à « l’altérité » – une notion principalement responsable de l’agression et des abus envers ceux qui sont différents de nous.

Les liens sociaux développés entre et parmi les jeunes des quatre pays participants ont le potentiel d'améliorer le bien-être des participants et de ceux de leurs cercles d'influence en tant que collectif, un ingrédient capable de résoudre certains de nos plus grands défis comme les conflits.

Au-delà des liens sociaux relationnels visibles, il y a la connexion avec les lieux physiques et les terres auxquels nous appartenons, auxquels nous nous identifions ou que nous avons visités – des lieux où nous avons été accueillis et où nous nous sommes sentis chez nous. Le projet a facilité les visites régionales et les engagements dans différents endroits. En Ouganda, les participants se sont rendus et ont dialogué à Kampala, Arua, Entebbe et Kasese. Au-delà de ce pas, des interactions ont eu lieu à Gisenyi, Bujumbura et Bukavu, renforçant encore les liens avec ces lieux, leur permettant de cultiver davantage de relations significatives dans leur vie au-delà des limites de leur propre pays et région.

Assis à l'hôtel Elizabeth à Bukavu, regardant les jeunes et les autres membres du personnel du projet interagir, des câlins serrés, des rires joyeux, de larges sourires et des hochements de tête enthousiastes se reconnaissant, je constate un changement dans la disposition des sièges, sans tenir compte des problèmes de nationalité et de langue, j'entends des tentatives individuelles pour communiquer et se soutenir mutuellement en français, en kiswahili et en anglais. Dans ces moments, je me souviens des paroles de Melvin McLeod : « … nous sommes si interdépendants, si étroitement liés les uns aux autres, que sans… un sentiment de fraternité et de sororité… nous ne pouvons espérer surmonter les dangers qui pèsent sur notre existence même – et encore moins apporter la paix et le bonheur ».

Alors que se termine la seconde session de la formation en face-à-face pour jeunes innovateurs, je suis encouragé par le fait qu'une génération est façonnée par le programme Cross-border, une génération qui tend la main et favorise les liens, les relations significatives et engagement authentique à la fois en personne et en ligne. Ces personnes construisent des ponts qui transcendent le genre, le statut, les ethnies, les nationalités et d’autres marqueurs sociaux. Cette génération acquiert des compétences, apprend et désapprend côte à côte, unie dans ses différences et sa diversité dans le but de construire et de réaliser une paix durable.

Alors que le monde commémore la Journée internationale du vivre ensemble en paix, une journée qui vise à maintenir le désir de vivre et d'agir ensemble, unis dans nos différences et notre diversité pour construire un monde durable de paix, de solidarité et d'harmonie, une leçon clé que le programme transfrontalier nous enseigne est que les liens sociaux sont un élément essentiel sur le chemin de la paix. Selon les mots de Maya Angelou, « nous sommes en effet plus semblables que différents ! ».

Histoire par:

Solomy Awiidi
Gestionnaire de programme - Conflits, justice transitionnelle et gouvernance (CTJG)
Projet sur le droit des réfugiés
École de droit
Université Makerere