Linking genocide prisoners with their victims’ families to foster reconciliation and resilience in Rwanda

Linking prisoners with those they offended – before their release - especially those who committed heinous crimes, like genocide or murder, should be an integral part of the prisoner rehabilitation and reintegration process. This facilitates a smoother and more effective reentry of prisoners into their families and community.

This step is relevant and a necessity in Rwanda, as approximately 20,000 prisoners convicted of genocide crimes perpetrated during the 1994 Genocide against the Tutsi, including masterminds, are expected to be released in the coming years. In addition, many genocide convicts have already been released, integrated into their communities, and live alongside Genocide survivors.  

In March 2024, Interpeace, together with its local partners Dignity in Detention and the Rwanda Correctional Service (RCS), organised a unique event to reconnect 19 female prisoners detained in Nyamagabe Prison, Southern Province of Rwanda, with families of their victims and the broader community to seek forgiveness. The event took place in Nyamasheke District, Western Province, where they committed their crimes. 

“I am standing before you today to ask for forgiveness for crimes I committed during the Genocide against the Tutsi in 1994. I killed my neighbours and friends. I acknowledge my crimes and humble myself before all of you, especially Genocide survivors,” implored Martha Mukamushinzimana, a 55 years old mother of five.

Mukamushinzimana participated in the killing of the Tutsi who sought refuge in the Nyamasheke Catholic Parish located in her neighbourhood and, in 2009, was sentenced to 15 years in jail by a Gacaca Traditional Court. Yet, her children didn’t know the reason for her imprisonment. “I have been a worse mother.  I take this opportunity to apologise to my children. I behaved like a coward and felt ashamed to tell them the truth about my crimes,” said Mukamushinzimana who will be released in one month. She added, “I have been transformed; I am a new person now. I feel ready to come back and live in harmony with you and build our country together”.

One by one, the 19 women prisoners came forward to recount their crimes in front of genocide survivors, their own family members, local authorities, and other community members who came to witness. Their crimes ranged from killing the Tutsis, bringing stones used to kill, and luring victims to their homes under the guise of protection only to kill them. They took accountability for their actions and humbled themselves before community members.     

Reconnecting prisoners with those they offended is part of Interpeace’s approach to psychological prisoner rehabilitation and reintegration, implemented in line with its Societal Healing programme in Rwanda. This programme fosters social cohesion and reconciliation and promotes psychological and economic resilience. Priority is given to those nearing release.

As Interpeace’s research studies have shown, during their incarceration, prisoners experience mental health distress resulting from the atrocities they committed and their life in prison, which constitute a stumbling block to their effective rehabilitation. The Societal Healing Programme established Sociotherapy healing spaces in prisons to provide inmates with psychosocial support care in a group setting. For three and a half months, weekly Sociotherapy sessions equip them with life skills to cope with their mental problems and take a new life orientation.

During the healing process, many voluntarily express their willingness to be reconciled with their victims’ families and the community. This is facilitated through reconciliation events, like the one in Nyamasheke, which was organised after thorough preparation of the concerned community members. Sociotherapy healing spaces play a catalytic role in shifting prisoners’ mindsets to become repentant individuals who accept responsibility for their acts and feel ready to live with others in society.

“Before attending a Sociotherpay healing space, I had no willingness to confess my crimes. I was convinced that I was innocent and falsely imprisoned. Sociotherapy enabled me to reflect on myself and my misdeeds. I realised I had killed my friends and neighbours and hurt their families and my community. From the bottom of my heart, I humbly ask Genocide Survivors for forgiveness,” confessed Agatha Nyirahabimana, 70 years old.

The families of the victims accepted their apologies without resentment. Saverina Utetiwabo, a Genocide survivor, forgave Mukamushinzimana. They had been close friends since childhood and were members of the Association des Eglises de Pentecote au Rwanda (ADEPR) church choir.  However, Utetiwabo didn’t know her friend was a “genocidaire” who participated in the killing of her family members. “Learning about it was a total shock for me, and I immediately cut ties with her because I didn’t want to live with a criminal. Now that she has publicly confessed, I forgive her. I feel relieved and ready to renew our relationship,” she said.   

Rwanda’s societal fabric is still fragile following the tremendous consequences of the genocide. Unprepared released prisoners are likely to cause tensions, trauma, and anxiety among families of genocide survivors and the community, posing a serious threat to reconciliation and resilience gains achieved. Providing prisoners nearing release with psychosocial support, coupled with community preparation, helps address these challenges and lays a solid foundation for a more reconciled, peaceful, and resilient society.

“In the past, we used to see genocide prisoners being released without our knowledge, and that caused fear and anxiety. We would call in panic authorities or security organs to alert them, as we thought released ‘genocidaire’ could kill us too. I am happy they came here to interact with us before their release,” said Utetiwamo.

Speaking at the event, the Executive Secretary of Western Province and the representative of Ibuka, an umbrella organisation of genocide survivors’ associations, commended the process's importance in truth-telling and fostering reconciliation and resilience.   

Community-based Participatory Framework for the Assessment of Resilience in Rwanda

 

The Ministry of National Unity and Civic Engagement (MINUBUMWE), in collaboration with Interpeace has released new research titled: a community-based Participatory Framework for the Assessment of Resilience in Rwanda. These findings were presented, along with insightful recommendations, during a stakeholder engagement event held on 8 March 2024 in Kigali, Rwanda.

The launch of Rwanda’s first Resilience Assessment Framework

The Ministry of National Unity and Civic Engagement (MINUBUMWE), in collaboration with Interpeace has released new research titled: a Community-based Participatory Framework for the Assessment of Resilience in Rwanda. These findings were presented, along with insightful recommendations, during a stakeholder engagement event held on 8 March 2024 in Kigali, Rwanda.

The objective of this study, conducted across all 30 districts of Rwanda, was fourfold. Firstly, it aimed to formulate and validate resilience indicators for structuring future research activities, policies, and programmes related to community resilience in Rwanda. Secondly, it sought to devise a participatory, multi-level methodology for assessing resilience indicators, drawing from existing frameworks, while tailoring them to Rwanda's specific context. Additionally, the study aimed to establish a baseline for community resilience across all districts of Rwanda and to propose actionable policy and programmatic recommendations for enhancing resilience nationwide. Involving a significant sample of 7,481 individuals, the study adopted a mixed-methods approach, integrating both qualitative and quantitative methods. Resilience was evaluated across four levels—individual, household, community, and institutional—using a comprehensive set of 38 indicators.

The findings underscored a commendable degree of resilience across all assessed levels, demonstrating a significant milestone three decades after the Genocide against the Tutsi. Recommendations emphasised the need for intensified efforts in societal healing initiatives, infrastructure development, and facilitating access to finance and employment opportunities.

During the stakeholder engagement event, Professor Francois Masabo, a lecturer and researcher at the University of Rwanda, lauded the study. He acknowledged its holistic approach and alignment with Rwanda's contextual realities.

The study received financial support from the Government of Sweden through its embassy in Rwanda. Martina Fors Mohlin, Counselor and Head of Development Cooperation at this embassy, reiterated Sweden's commitment to supporting the implementation of the developed framework within Rwandan communities. “We are proud to have taken part in this study by supporting Interpeace and also the ministry (MINUBUMWE) and enabling this conversation to take place. I very much look forward to working together to take those conclusions forward as we implement them in the society,” she noted.

The Community-based Participatory Framework for the Assessment of Resilience stands as a landmark initiative in Rwanda. It serves as a foundational reference point for future studies in the field of resilience within the country. Honorable Dr. Jean Damascene Bizimana, Minister of National Unity and Civic Engagement, underscored the timeliness of the research, noting Government of Rwanda’ s shift through MINUBUMWE, towards enhancing and strengthening the resilience of Rwandans amidst ongoing challenges stemming from the consequences of the Genocide agains the Tutsi.

“Resilience is one of Rwandan values. We want to design programmes and initiatives that are informed by our cultural values, which will help to effectively address our specific problems. This research that MINUBUMWE conducted jointly with Interpeace responds to this need. It will enable us to strengthen the resilience of Rwandans, to build a peaceful and prosperous country based on concrete and realistic indicators,” Hon. Bizimana highlighted.

As a way forward, a comprehensive roadmap is currently in development. This roadmap will guide the implementation of findings and recommendations derived from the research study. It serves as a strategic blueprint for all stakeholders involved in societal healing and resilience efforts. Each stakeholder will be tasked with setting specific strategic and programmatic objectives, along with corresponding targets and actions. These objectives aim to sustain the gains achieved in resilience while simultaneously addressing any fragilities identified during the research study.   

Improving Access to MHPSS Services in Rwanda

In Rwanda, Mental Health and Psychosocial Support (MHPSS) needs outstrip the capacity of available professionals and the service care provision is hindered by cultural barriers associated with one-on-one therapy approach. Interpeace trains clinical psychologists and mental health nurses to implement a group-based approach, “Resilience-oriented therapy”, at the grassroots level.

Promouvoir une masculinité et une parentalité positives pour renforcer la cohésion familiale au Rwanda

De mauvaises compétences parentales, le manque de communication entre les membres de la famille et les normes de genre négatives affectent la cohésion familiale et la cohésion communautaire. L'enquête de référence menée par Interpeace en 2021 pour éclairer son programme holistique de consolidation de la paix sur quatre ans au Rwanda a révélé qu'ils contribuent en outre à exacerber les conflits familiaux et la violence basée sur le genre (VBG), divisant ainsi les familles.

L'étude a identifié quatre principales formes de VBG, physique, économique, sexuelle et psychologique, subies à la fois par les femmes/filles et les hommes/garçons dans cinq districts, qui provoquent un dysfonctionnement familial et augmentent l'abus d'alcool ou de drogues et la délinquance chez les jeunes adultes. Ces violences affectent également le développement socio-économique des familles et des communautés.

Interpeace et ses partenaires, en collaboration avec le Rwanda Men's Resource Centre (RWAMREC), ont établi un programme qui promeut la masculinité positive et les normes et pratiques parentales positives, ciblant les couples, les adolescents plus âgés et les détenus comme contribution aux efforts existants. Plus spécifiquement, le programme s'adresse aux parents, aux enfants âgés de 12 à 24 ans, aux couples mariés et aux détenus en voie de libération.

Le programme propose une approche transformatrice en matière de genre dans laquelle la population cible est encouragée à réfléchir de manière critique aux normes et stéréotypes de genre négatifs pour les remettre en question et adopter des comportements plus équitables entre les sexes au sein des familles et des communautés.

L’enquête de 2021 a souligné que les formes de VBG les plus couramment identifiées sont 10 % plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes. Le programme incitera les hommes et les garçons, aux côtés des femmes et des filles, à remettre en question les notions rigides et négatives de la masculinité et les pratiques parentales négatives et à adopter des pratiques positives, stimulantes, empathiques, équitables et bienveillantes.

S’il est mis en œuvre avec succès, il devrait contribuer à réduire la violence sexuelle et sexiste, les conflits domestiques et la délinquance juvénile, de même qu’à favoriser la communication familiale et l’égalité des sexes dans les familles et les communautés.

« Nous avons décidé de travailler sur les masculinités en engageant les garçons et les filles à comprendre leurs vulnérabilités et leur résilience dans une perspective de genre et à s'attaquer aux facteurs sexospécifiques des conflits familiaux, à renforcer la résilience de genre et à promouvoir l'autonomisation des femmes. Nous espérons que ce programme améliorera les connaissances, les attitudes et les pratiques en matière d'égalité des sexes, de masculinité positive et de parentalité », a noté le représentant national d'Interpeace, Frank Kayitare, dans son discours de bienvenue lors de l'atelier de validation du programme le 5 octobre 2023 à Kigali.

Le programme de quatre modules complétera d'autres outils et politiques existants sur l'égalité des sexes et la famille. Il est aligné sur la Politique nationale contre la violence basée sur le genre ainsi que sur la Politique nationale genre révisée de 2021, en particulier son domaine prioritaire quatre, qui cherche à tirer parti des normes culturelles positives qui soutiennent les meilleures pratiques pour l'égalité des sexes, ainsi que le domaine prioritaire cinq pour impliquer les hommes et les garçons dans la promotion du genre. L'invitée d'honneur de l'événement de validation des cursus, Aline Umutoni, directrice générale chargée de la promotion de la famille et de la protection de l'enfance au ministère du genre et de la Promotion de la famille (MIGEPROF), a salué cette initiative. « Ce programme est unique car il cible des groupes critiques de personnes. Il contribue à construire une société rwandaise libérée de la violence et des conflits », a-t-elle souligné.

Il sera mis en œuvre par divers acteurs, notamment les structures gouvernementales et les organisations de la société civile (OSC), du niveau national au niveau local. Au total, 27 personnes de ces institutions ont déjà été encadrées pour en former d'autres pour une diffusion rapide et large du cursus.

 

Structure du programme

Ce programme de prévention est constitué de quatre modules. Le premier d’entre eux cible les couples avec pour objectif principal d’améliorer les relations équitables entre les sexes entre les époux et de prévenir ou d’atténuer la violence domestique, tandis que le second porte sur les couples en tant que parents pour les encourager à adopter une parentalité positive et équitable entre les sexes et à réduire les sanctions sévères envers les enfants.

Le troisième module est prévu pour les détenus de sexe masculin adultes dans les prisons pour les sensibiliser aux pratiques de masculinité positives afin de réduire le risque de commettre des crimes liés à la VBG une fois qu'ils auront réintégré leur famille et leur communauté après leur libération. Le quatrième module est lié aux jeunes âgés de 12 à 24 ans, dans les écoles, au sein des communautés et dans les centres de réadaptation pour promouvoir une masculinité positive et des relations saines et prévenir ces violences chez les jeunes.

Chaque module est destiné à être dispensé en groupe, ciblant des groupes de 24 personnes. Il sera animé par deux volontaires communautaires bien formés (femme et homme). Il facilitera la tenue de séances d'éducation une fois par semaine pendant six semaines consécutives.

Ce programme a été élaboré en partenariat avec le Centre de ressources pour les hommes du Rwanda (RWAMREC), une ONG qui milite en faveur de l'égalité des sexes, de la masculinité positive et de l'engagement des hommes dans l'élimination de la violence sexiste. Sa mise en œuvre viendra compléter d'autres interventions d'Interpeace, telles que la thérapie de guérison multifamiliale, une intervention psychologique communautaire qui aborde les conflits intra et extrafamiliaux et renforce la communication et la cohésion familiales dans des espaces sûrs.

Aborder les problèmes de santé mentale chez les jeunes au Rwanda

L'Enquête sur la santé mentale au Rwanda de 2018 menée par le Centre biomédical du Rwanda (RBC) a souligné que le traumatisme du génocide commis contre les Tutsi se transmet des parents aux enfants, y compris ceux nés après cette période tragique. L'étude a révélé que 27,4% des jeunes Rwandais âgés de 14 à 25 ans souffrent de certains troubles psychologiques, notamment des traumatismes, la dépression, l'anxiété, la peur et l'isolement social. Pourtant, quelques spécialistes et praticiens se concentrent sur la santé mentale des enfants et des adolescents dans le pays.

Julien Ishimwe, 20 ans, a vécu un traumatisme profond et un isolement social pendant plus de 15 ans. Ses parents sont tous deux survivants du génocide. Durant la période annuelle de commémoration du génocide qui dure habituellement trois mois à partir du 7 avril, ce jeune homme a pu voir le bien-être mental de ses parents affecté par les pires souvenirs des atrocités qu’ils ont vécues. En grandissant, il a développé de la haine et du ressentiment contre les auteurs du génocide et leurs descendants. Il ne voulait pas socialiser avec eux car il les considérait comme ses pires ennemis.

« Je les détestais tellement que j’imaginais qu’ils étaient la cause de la souffrance de mes parents. Cela m'a fait mal de voir à quel point mes parents ont subi les conséquences du génocide », raconte Julien, qui ajoute : « J'ai ressenti beaucoup de colère quand j'ai vu à quel point les enfants des auteurs du génocide sont heureux avec leurs grands-parents, oncles et tantes, alors que je ne sais même pas à quoi ressemblait les miens ».

Son traumatisme a également affecté ses résultats scolaires. En classe, il évitait autant que possible de s'asseoir ou de jouer avec quelqu'un qu'il soupçonnait d'être un descendant d'un auteur du génocide. « J’ai été obligé d’aller à l’école parce que mes parents m’y ont forcé. Je me suis senti découragé d’étudier lorsque j’ai regardé autour de moi et remarqué que les descendants des auteurs du génocide étaient plus nombreux que nous. J’avais peur qu’ils me tuent comme leurs parents tuaient mes grands-parents », a-t-il dit. Il a ajouté : « J’avais perdu mon estime de moi et je pensais qu’après l’obtention de mon diplôme, ils obtiendraient un meilleur travail que moi ».

Charlotte Mukanyindo, la mère du jeune homme, s’inquiétait beaucoup pour son fils, qui aimait s’isoler de ses frères et sœurs. « Il nous parlait à peine ou jouait à peine avec ses frères et sœurs. Il était toujours en colère et amer. Cela a été un choc pour moi de voir à quel point mon fils souffre, mais je ne savais pas comment l’aider », a-t-elle expliqué.

Le jeune homme a commencé son parcours de guérison lorsqu'il a rejoint l'un des groupes de sociothérapie créés dans le secteur de Mukamira, district de Nyabihu, province de l'Ouest, dans le cadre du programme holistique de consolidation de la paix et de guérison sociétale d'Interpeace, présent dans cinq districts, à savoir Nyabihu, Musanze, Nyamagabe, Ngoma et Nyagatare. Bénéficiant du soutien financier du gouvernement suédois et mis en œuvre avec les partenaires locaux Haguruka, Prison Fellowship Rwanda et Dignity in Detention, le dispositif aborde les problèmes de santé mentale, promeut la cohésion sociale, soutient la réhabilitation psychologique et la réintégration des prisonniers et améliore les moyens de subsistance.

Le groupe auquel le jeune homme s'est joint a réuni des jeunes issus de familles de survivants et d'auteurs du génocide pour les encourager à engager des discussions sur l'histoire et le génocide et à s'entraider pour guérir.

Ce dispositif a permis à celui-ci de guérir, de surmonter la haine et de développer des liens solides avec ceux qu'il détestait autrefois. « Aujourd'hui, je me sens heureux et à l'aise avec tout le monde, y compris ceux que je détestais. Aujourd’hui, beaucoup de mes amis sont des descendants de génocidaires. Grâce aux dialogues de guérison en sociothérapie, j'ai appris que je ne devais pas les juger sur les crimes de leurs parents. En partageant des témoignages et des expériences de vie, j’ai découvert qu’ils ont également souffert de traumatismes, de honte et de culpabilité face aux crimes de leurs parents. La seule façon de surmonter cela est de développer des amitiés et de construire notre avenir ensemble », explique-t-il.

Le jeune homme a retrouvé son intérêt pour la poursuite de ses études. En attendant d'entrer à l'université, il a commencé à suivre des cours techniques et professionnels. Sa mère, Mukanyindo, ne pouvait pas croire à quel point il avait changé pour le mieux. "C'est un miracle. Je ne pouvais pas croire à quel point il était devenu amical et sociable et disposé à se lancer dans n’importe quelle activité économique ».

Celui-ci fait partie des 327 jeunes issus de familles de survivants et d'auteurs du génocide qui ont obtenu leur diplôme de dialogues de guérison en sociothérapie en juin 2023. Les groupes de guérison communautaires stimulent la guérison mutuelle et établissent une base solide pour la réconciliation. Depuis le lancement du programme de guérison sociétale en octobre 2020, plus de 3450 jeunes ont participé.

Celui-ci travaille également avec le ministère de la Santé par l'intermédiaire du Rwanda Biomedical Centre (RBC) pour renforcer le système national de santé mentale en formant des professionnels de la santé mentale et en fournissant des équipements qui leur permettent d'atteindre les communautés dans les zones reculées.