Finance for Peace figure en bonne place au Forum sur la résilience en Afrique 2023

Le Forum sur la résilience en Afrique 2023, intitulé « Financer la sécurité, la paix et le développement pour une Afrique résiliente » et organisé par la Banque africaine de développement (BAD), a débuté le 3 octobre 2023 à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Interpeace et son initiative Finance for Peace figuraient en bonne place parmi les partenaires clés de cet événement marquant. Peace Finance, une approche lancée par Finance for Peace, a été présentée comme une solution au cercle vicieux des conflits et du sous-développement.

Une vidéo sur ce dispositif a été projetée dans le cadre de l'ouverture du forum, contribuant ainsi à encadrer l'événement. Elle a été filmée dans le cadre du projet de recherche conjoint de Finance for Peace et de la Banque africaine de développement au Mozambique.

Elhadj As Sy, membre du conseil d'administration d'Interpeace, a été invité à prendre la parole lors du panel d'ouverture intitulé « Les arguments en faveur d'approches positives pour la paix qui relient les besoins humanitaires, de développement, de paix et de sécurité ». Il a souligné l’importance du lien entre la paix, le développement et l’humanitaire pour proposer des approches durables.

Il a déclaré : « le mot clé est la confiance entre les communautés et les gouvernements. Si cette confiance est brisée, les gens s’en souviennent. Tous les acteurs doivent se poser la question suivante : contribuons-nous au problème ou le résolvons-nous ? Nous devons renforcer la résilience des communautés et tracer la voie d’une paix durable ».

Parmi les autres intervenants du panel d’ouverture, établi conjointement avec le Forum d’Assouan, figuraient la vice-présidente de la Banque africaine de développement chargée du développement régional, de l’intégration et de la mise en œuvre, Marie-Laure Akin-Olugbade ; le vice-président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Gilles Carbonnier et l’administratrice assistante adjointe et directrice régionale adjointe du Bureau régional pour l'Afrique du Programmes des Nations Unies pour le développement (PNUD), Noura Hamladji. La discussion sur les solutions de financement innovantes pour faire progresser la paix a été modérée par le directeur général du Centre international du Caire pour la résolution des conflits, le maintien et la consolidation de la paix (CCCPA), Ahmed Abdel-Latif. 

Parmi eux, Mme Akin-Olugbade a notamment déclaré : « Afin de réaliser le programme de financement de la paix, nous devons construire des partenariats innovants. Nous ne pouvons pas prétendre pouvoir tout faire seuls, mais nous pouvons travailler ensemble ».

« Nous apprécions particulièrement tout le travail effectué par Interpeace sur le financement de la paix, et il y a là un grand potentiel », selon elle.

L'ambassadrice Deike Potzel, directroce générale de la prévention des crises, de la stabilisation, de la consolidation de la paix et de l'assistance humanitaire de la République fédérale d'Allemagne, a également assisté au Forum sur la résilience en Afrique. Témoin de la signature du protocole d'accord entre Interpeace et la BAD, elle a déclaré :

« Je suis très heureuse d'avoir assisté à la signature du protocole d'accord entre la BAD et Interpeace, pour résoudre les problèmes dont nous parlons aujourd'hui. Il s’agit d’adapter les systèmes à leurs objectifs et de réduire les besoins ».

« Nous écoutons également le secrétaire général de l'ONU qui a appelé à un financement durable de la paix, qui fait également partie du Nouvel Agenda pour la paix. Nous devons débloquer les différentes sources de financement, notamment le secteur privé, les IFD et les IFI », a-t-elle insisté.

L’ambassadeur Potzel a ajouté : « C’est ce qui nous passionne. Nous voulons que cela se produise. Je tiens à remercier la BAD d’avoir pris le relais et je tiens également à remercier Interpeace d’avoir travaillé sur des normes pour la paix, ce qui est le plus important. Le financement mixte pourrait aider les entreprises à ne pas se détourner des contextes fragiles. C’est là que se trouve l’avenir ».

The 5th Le 5e Forum sur la résilience en Afrique se poursuit jusqu'à jeudi lorsque l'initiative Finance for Peace d'Interpeace organise deux tables rondes intitulées « Etablir les structures et l'environnement pour une finance positive pour la paix » et « appeler à l'action sur des investissements privés innovants et positifs pour la paix ».

Vers un marché mondial des obligations de paix : lancement d'un Comité des normes de financement de la paix et d'un Cadre d'impact sur le financement de la paix

« Finance for Peace », la principale initiative mondiale dédiée à l’établissement de normes, de standards, de recherche et de connaissances pour promouvoir les approches d'investissement visant à favoriser la paix, est ravie d'annoncer le lancement d'un appel à manifestation d'intérêt pour son Comité des normes de financement de la paix (le Comité des normes). Celui-ci jouera un rôle crucial dans le développement et la promotion des Normes d'engagement de paix ainsi que des Normes d'équité pour la paix qui permettront à la finance d'avoir un impact positif sur la paix.

« C'est gagnant-gagnant pour les secteurs de la finance et de la paix. Nous avons les meilleurs conseillers possibles du secteur financier qui nous soutiennent, un appui gouvernemental grandissant, et nous établissons un changement radical vers de meilleurs rendements financiers et des résultats pour la paix. Cette initiative est une solution innovante : elle associe finance privée et paix à un moment où les conflits se multiplient et où les sources traditionnelles de financement de la paix ne répondent pas aux besoins », a déclaré le président par intérim d'Interpeace, Simon Gimson.

« La paix est un bien public mondial. L'objectif du Cadre d'impact du financement de la paix et de la Norme de financement de la paix est de soutenir et de développer des investissements plus responsables et favorables à la paix par le secteur financier. Et nous lançons maintenant un Comité des normes pour garantir que la Norme de financement de la paix reste crédible au niveau international, évolue avec les besoins du secteur financier, résiste à l'épreuve du temps et fonctionne à la fois pour le secteur financier et les artisans de la paix », a-t-il déclaré.

« Nous sommes ravis de lancer cet appel à manifestation d'intérêt pour notre Comité des normes, parallèlement à la version 2 du Cadre d'impact du financement de la paix. En rassemblant un groupe diversifié de professionnels accomplis, nous visons à développer des normes solides qui inspireront l'intégration des principes de paix et de consolidation de la paix dans les investissements financiers », a déclaré la conseillère stratégique de « Finance for Peace », Fiona Reynolds.

Le Comité des normes réunira des professionnels accomplis possédant une expertise diversifiée dans les domaines de la finance, de l'investissement, de la durabilité, du développement et de la consolidation de la paix. Il jouera un rôle crucial dans le cadre de l'initiative « Finance for Peace », en guidant l'établissement de Normes complètes d'engagement de paix et d'équité qui favoriseront et créeront les conditions dans lesquelles le capital travaille pour des résultats plus pacifiques, justes et équitables.

L'appel à manifestation d'intérêt invite les personnes passionnées par l'utilisation du pouvoir de la finance pour favoriser la paix à postuler pour être membre du Comité des normesLes candidats retenus posséderont une compréhension de l'intersection entre les affaires, l'investissement, le développement et la consolidation de la paix, ainsi qu'un bilan de leadership exemplaire dans leur domaine respectif. Les personnes intéressées sont invitées à consulter les critères d'éligibilité et le processus de candidature. La date limite de soumission des manifestations d'intérêt est le 30 août 2023.

Le Comité des normes sera constitué d'un mélange égal de représentants de divers domaines, y compris le secteur de la finance et de l'investissement, ainsi que du développement, de la consolidation de la paix et des universitaires.

Le Comité des Standards va itérer, améliorer et fournir des conseils stratégiques sur le Cadre d'impact du financement de la paix (PFIF) ainsi que sur le Standard du financement de la paix (PFS) qui ont été mis à jour à la version 2, disponible ici.

Cadre d'impact sur le financement de la paix et Norme sur le financement de la paix

L' Cadre d'impact du financement de la paix ont été établis en collaboration avec un large éventail de parties prenantes des secteurs de la finance privée, de la banque, du financement du développement, de l'investissement d'impact, de la société civile ainsi que de la consolidation de la paix et du développement.

Le PFIF est un cadre volontaire qui guide les donateurs gouvernementaux, les institutions de financement du développement, les gestionnaires d'actifs privés, les banques et les investisseurs ainsi que les acteurs de la paix sur la manière dont les approches d'investissement peuvent aboutir à des impacts de paix rigoureux et étalonnés. Les investissements alignés sur le PFIF peuvent réduire les risques pour les investisseurs ainsi que pour les communautés.

Celui-ci établit les meilleures pratiques internationales pour la labellisation des investissements dans les obligations de paix et les actions de paix par le biais d'un système d'auto-certification appelé Standard pour le financement de la paix (PFS). Le cadre dévoile les critères d'exclusion de base, un processus proposé et un modèle de partenariat sur la manière dont les investisseurs peuvent planifier, mettre en œuvre, mesurer et vérifier les impacts sur la paix.

Par ailleurs, il suggère une logique d'intervention sur la manière dont les investisseurs peuvent aboutir à une additionnalité et de meilleurs résultats pour les communautés. Le PFS et le PFIF aident les investisseurs à réduire les risques pour les communautés et les bénéficiaires en mettant en œuvre des stratégies de paix et d'investissement qui sont mieux sensibilisées aux risques politiques et sociaux tout en renforçant la confiance, l'adhésion et la certitude grâce à des approches d'investissement plus inclusives.

Leur mise à jour et leur renforcement continus sont un effort de collaboration qui vise à garantir que le cadre s'aligne sur les besoins et les aspirations des branches de la finance, de l’investissement et de la consolidation de la paix. Ils s'appuient sur d'importantes recherches cartographiques menées par « Finance for Peace » et divers autres partenaires sur les lacunes existantes dans les cadres d'investissement actuels et les cadres de diligence raisonnable pour investir dans les marchés émergents et frontières.

Le PFIF (la version 2 est disponible iciest basé sur la version 1 (disponible iciqui a été développée en septembre 2022 après plusieurs séries de commentaires et de consultations avec des experts en investissement durable, en finance, en consolidation de la paix, en développement et en milieu universitaire, et qui a été publiée après avoir été présenté lors de la conférence Investir pour la paix à Berlin, dans le cadre de la présidence allemande du G7 en septembre 2022.

Plus d'informations

Pourquoi le financement de la paix est nécessaire et pourquoi de nouvelles normes sont essentielles

Actuellement, 1,8 milliard de personnes, soit près d'un quart de la population mondiale, vivent dans 57 pays fragiles et touchés par des conflits qui n'atteignent pas les Objectifs de développement durable, en grande partie à cause de l'instabilité, de la violence et des conflits en cours.

L'investissement dans ces endroits est à son plus bas depuis dix ans et les approches de financement mixte existantes ne comblent actuellement pas l'écart. À cela s'ajoutent les mauvaises perceptions du marché et les preuves d'une mauvaise évaluation systémique des risques qui suppriment l'offre d'investissements à grande échelle et qui fonctionnent dans les contextes fragiles à faible revenu. Dans le même temps, il existe de nombreuses preuves que les investissements privés et publics exacerbent la dynamique des conflits et ne parviennent pas à atténuer les risques pour les bénéficiaires et les communautés. À la base de tout cela, il y a un manque important de cadres de marché adaptés, d'orientations et d'incitations pour les investisseurs publics et privés pour les aider à s'engager de manière proactive et à atténuer correctement les risques dans les contextes fragiles et touchés par les conflits.

Il est absolument nécessaire d'adopter de nouvelles méthodes d'investissement qui réduisent les risques pour les communautés et les investisseurs, afin que les capitaux puissent mieux servir la paix. Mais cela ne peut se faire sans normes et critères d'évaluation de l'impact sur la paix qui soient fiables et rigoureux et qui bénéficient de l'adhésion d'un grand nombre de parties prenantes.

À propos de « Finance for Peace »

« Finance for Peace » fonctionne comme une initiative multipartite incubée par Interpeace, une organisation internationale de consolidation de la paix dont le siège est à Genève. Elle cherche à apporter un changement systémique dans la manière dont l'investissement soutient la paix dans les régions en développement et fragiles du monde en établissant des normes pour le financement de la paix, l'intelligence du marché et de nouveaux partenariats qui peuvent développer de nouvelles approches de financement de la paix.

Manifestations d'intérêt et termes de référence du Comité des normes de financement de la paix

Cadre d'impact du financement de la paix

Norme d'engagement sur la paix

Norme d'équité en matière de paix