À travers cette initiative, Interpeace visait à améliorer la gouvernance de la justice en intensifiant la participation des citoyens aux dialogues politiques liés à la justice. Pour ce faire, l'initiative travaillait à renforcer les capacités des organisations de la société civile pour évaluer la gouvernance de la justice locale grâce à un baromètre participatif de la justice utilisant une méthodologie mixte (“Sintidu di Justisa: Sens de la justice”). Sur la base des résultats de l'étude, Interpeace a soutenu les efforts des citoyens et des organisations de la société civile pour mener des dialogues avec les institutions publiques locales et nationales.

De plus, dans le cadre des efforts déployés en faveur de la réforme de la justice en Guinée-Bissau, Interpeace a apporté son soutien aux institutions nationales et internationales pour identifier des points d'entrée pour l'intégration de la justice formelle et traditionnelle. À travers l'étude "No Obi Mindjer ku Mininu: Nous avons entendu les femmes et les enfants”, Interpeace a formulé des recommandations claires pour rendre la justice traditionnelle plus inclusive. Ainsi cela a renforcé l'accès des citoyens à la justice tout en renforçant la coordination et les capacités au sein des systèmes de justice formels et informels.




Ressources