International Women’s Day 2024

International Youth Day 2023

International Women’s Day 2023

De la politique à la pratique - Un partenariat avec les jeunes pour construire une paix durable

"Young people around the world are advancing peace and justice and seeking to transform societies grappling with the legacies of both short- term and multi-generational conflict in exciting and powerful ways.”

Anjli Parrin, Advancing Peace Through a Youth-Centered Approach to Transitional Justice

Il y a sept ans, la résolution 2250 du Conseil de sécurité de l'ONU sur « Jeunes, paix et sécurité (JPS) » reconnaissait la contribution positive des jeunes au maintien et à la promotion de la paix et de la sécurité. Elle exhortait les États membres à accroître la représentation et la participation significative des jeunes aux efforts de prévention des conflits et de consolidation de la paix. Dans sa mise en œuvre, cependant, le programme de la JPS a été confronté à un certain nombre de défis en termes d'accès, de ressources et de représentation. La participation des jeunes et leur capacité à influencer la prise de décision sont souvent limitées par des obstacles structurels et des investissements insuffisants pour faciliter leur inclusion et leur autonomisation. En conséquence, elle a parfois été négligée ou manipulée. L'un des objectifs de la Journée internationale de la jeunesse de cette année, le 12 août,thest de sensibiliser aux obstacles liés à l'âge dans divers domaines où la vie des jeunes est affectée, comme l'emploi, la participation politique, la santé et la justice.

Depuis plus de 28 ans, Interpeace travaille et s'associe à des jeunes en Afrique, en Amérique latine, en Europe, au Moyen-Orient et en Asie, dans des pays où les jeunes sont affectés par les cycles de conflits prolongés et sont confrontés à la violence physique, au recrutement forcé dans des groupes armés, à la transmission intergénérationnelle des traumatismes et aux déplacements forcés et où ils n'ont plus accès à la scolarité, à l'emploi et aux moyens de subsistance. Depuis sa création, l’organisation s'est efforcée de s'assurer que le travail est mené, possédé et dirigé par les jeunes au niveau national, car nous pensons qu'investir dans leurs voix, leur marge de manœuvre et leur leadership aura un impact profond sur la construction d'une paix durable. L'un des principaux objectifs de nos programmes est donc de renforcer les capacités de résilience des jeunes et de donner la priorité à leur participation à la construction de la résilience sociale et politique, en particulier dans les domaines où celle-ci est essentielle : changement climatique, justice transitionnelle et santé mentale, pour n'en citer que quelques-uns.

Actuellement, le travail d'Interpeace le domaine de la jeunesse, de la paix et de la sécurité s'étend à la plupart de ses programmes nationaux, notamment en Côte d'Ivoire, au Burundi, au Yémen, au Burkina Faso, au Rwanda et en Somalie, ainsi qu'à son programme régional dans la région des Grands Lacs africains. Grâce à la plateforme numérique “Outside the Box” digital platform récemment lancée, l’organisation offre aux jeunes hommes et femmes un espace pour amplifier leurs voix et leur leadership au niveau mondial.

Gasorwe Commune,Muyinga Province in Burundi. Photo credit: CENAP

La paix et la sécurité des jeunes en pratique

"I realised that I can be the problem if I don't engage, if I don't take the first step. But I also understood that I can be the solution by bringing young people together." Idriss Ouattara, member of Association Génération Consciente de Côte d'Ivoire in Bocabo (GCCI)

En Côte d'Ivoire, Interpeace et son partenaire local Indigo Côte d'Ivoire ont cherché à revenir au principe de base de l'agenda JPS en faisant des jeunes les architectes de la consolidation de la paix dans leurs communautés, en soutenant et en travaillant avec les initiatives existantes dirigées par des jeunes et en s'assurant que les jeunes étaient responsables de la conception et de la mise en œuvre des composantes clés du projet.

Dans ce pays, les jeunes sont généralement considérés comme des acteurs clés de la violence politique, victimes de l'instrumentalisation politique et de la mobilisation violente, en particulier dans les contextes électoraux. Avec le soutien et les conseils d'Interpeace et d'Indigo, des groupes de jeunes ont mené une recherche-action participative (RAP) sur cette question . A partir des résultats recueillis, ils ont procédé à la conception de nouvelles actions de prévention de la violence politique, en mettant en pratique les outils JPS dans leur contexte. En outre, les groupes de jeunes ont développé et mis en œuvre des campagnes de plaidoyer et de communication basées sur ces résultats.

Cet échange a renforcé les capacités des groupes de jeunes à rendre leurs initiatives de prévention de la violence et de cohésion sociale plus stratégiques, plus efficaces, plus impactantes, plus inclusives et plus durables. La publication Mise en pratique de l'Agenda Jeunes, Paix et Sécurité en Côte d'Ivoire reprend les principales leçons et bonnes pratiques de l'initiative. Elle aide à relever le défi de la mise en œuvre de celui-ci , tant au niveau national que local, et fournit un guide pratique aux gouvernements, agences, organisations internationales, ONG et aux représentants du secteur privé qui souhaitent renforcer la participation des jeunes et leur contribution aux efforts de paix et de sécurité.

Autonomisation politique et économique des collectifs de jeunes

« Entreprendre un projet de développement ensemble nous a fait réaliser que notre diversité politique est plus un atout qu'un obstacle », Jeunes de la Commune de Gasorwe, Province de Muyinga, Burundi.

Au Burundi, où les jeunes représentent la majorité de la population (65%), Interpeace et son partenaire local, le Centre d'alerte et de prévention des conflits (CENAP), travaillent avec des jeunes affiliés à différents partis politiques pour prévenir la violence et promouvoir des processus électoraux pacifiques. En s'engageant dans des formations et des débats et en créant des collectifs, le programme a vu des jeunes dépasser les lignes de parti pour combattre les stéréotypes et les rumeurs et il a contribué à arrêter les conflits potentiels avant même qu'ils ne commencent.

En outre, les jeunes ont créé des projets communs et des réseaux de leur propre initiative, comme la création d'une Coopérative unie de jeunes pour le développement intégral (CJUDI) qui rassemble des jeunes de différents partis politiques. Les collectifs de jeunes travaillent ensemble sur des initiatives communautaires et entrepreneuriales, favorisant la cohésion sociale et renforçant la confiance.

Young people discuss the political and socio-economic challenges of their community to submit to their elected representatives -Rugazi Commune, Bubanza Province, Burundi. Photo credit: CENAP

Renforcer l'infrastructure de consolidation de la paix pour améliorer la résilience pour la paix

Au Yémen, Interpeace s'est associé à Youth Without Borders for Development (YWBOD), une organisation yéménite de consolidation de la paix qui s'efforce de donner aux jeunes les moyens de jouer un rôle important et efficace pour apporter des changements positifs. Le projet vise à encourager le potentiel des jeunes à influencer la résolution des conflits de manière positive et pratique, et à transmettre ces connaissances aux décideurs. Il vise à informer et à former une série d'acteurs au niveau communautaire pour qu'ils participent aux processus locaux de consolidation de la paix, afin de renforcer la résilience à la paix, en se concentrant sur ce qui fonctionne plutôt que sur les questions qui créent des divisions.

Through participatory approaches, Interpeace and YWBOD are conducting capacity-building courses with Civil Society Organizations and Yemeni youth initiatives, such as Youth, Peace and Security Pact - Yemen. Youth initiatives are now conducting evidence-based research and implementing community resilience activities in Aden and Taiz, with young people having a central role in evidence collection.

Autonomiser les jeunes dans la région des Grands Lacs

Grâce à une nouvelle initiative régionale, Interpeace et ses partenaires locaux fournissent aux jeunes du Burundi, de la République démorcatique du Congo (RDC), du Rwanda et de l'Ouganda les compétences et les connaissances dont ils ont besoin pour jouer un rôle plus efficace dans les processus de paix régionaux. Le Youth Innovation Lab for Peace (YouthLab) des Grands Lacs est une initiative de 30 mois, lancée en janvier 2021, mise en œuvre en partenariat avec Never Again Rwanda (NAR), le Pole Institute, le Centre d'alerte et de prévention des Conflits (CENAP) et le Refugee Law Project.

« Avant cette activité, nous ne nous connaissions pas. Maintenant, nous venons de créer un groupe Whatsapp pour faciliter les contacts entre nous », selon un participant à l’un des ateliers.

Le YouthLab constituera une plateforme permettant aux jeunes des Grands Lacs de disposer des outils et des capacités nécessaires pour engager le dialogue avec les décideurs politiques et formuler leur vision de la paix dans la région. Le projet offre également des possibilités d'apprentissage horizontal et de création de réseaux, puisqu'il rassemble des jeunes de toute la région. Les jeunes ne se contenteront pas d'apprendre, mais participeront activement et dirigeront des initiatives susceptibles de contribuer à la gouvernance, à la consolidation de la paix et aux initiatives de développement aux niveaux local, national et régional.

YouthLab Initiative. Photo credit: Never Again Rwanda

Hors du cadre

"What if we found a way to consistently and regularly include more youth priorities, such as environmental protection and technology, in policy? Could we better anticipate future ecological disasters? Could we become even more resilient for peace?"

Anupah Makoond, Beneath the Wakashio Oil Spill: Exploring the linkages between youth marginalisation, environmental disaster, and resilience for peace in a small island state.

Au niveau mondial, Interpeace est fier d'avoir facilité l'achèvement en 2021 de neuf notes d'orientation rédigées par des jeunes ou axées sur la jeunesse. Chacune d'entre elles aborde des questions de politique ou de pratique qui sont importantes pour les jeunes femmes et les jeunes hommes, mais qui n'ont pas reçu une attention suffisante dans le programme de la JPS ou dans sa mise en œuvre. Les notes traitent des sujets suivants : les jeunes, le climat et les conflits ; les masculinités alternatives non violentes ; le rôle des jeunes dans la justice transitionnelle ; les évaluations des plans d'action de la JPS et des coalitions nationales de la JPS ; les expressions de la résilience des jeunes pour la paix ; la santé mentale et les services psychosociaux dans le domaine de la JPS ; les processus de DDR centrés sur les jeunes ; et les dangers de la sécurisation de l'agenda de la JPS. Une page web et une plateforme dédiées ont été lancées sur le site web d'Interpeace : Outside the Box: Amplifying Youth voices and Views on YPS Policy and Practice.

La plateforme Outside the Box d'Interpeace présentera bientôt de nouvelles notes d'orientation et d'autres formes de médias rédigées par des jeunes et axées sur la JPS, dont la publication est prévue en 2022 et 2023.

Célébrer nos propres femmes artisanes de la paix à l'occasion de la Journée internationale de la femme

Un monde avec un avenir équitable pour tous est un monde exempt de stigmatisation, de stéréotypes et de violence. C'est un avenir durable et pacifique avec des droits et des chances égaux pour tous. Cependant, ce genre de monde est encore un rêve lointain pour de nombreuses femmes à travers le monde. Malgré cette réalité, des femmes du monde entier dans des contextes et des communautés différents, se dressent contre ces barrières en devenant des leaders et en persévérant dans leur carrière.
This International Women’s Day, we celebrate the tremendous efforts by women and girls around the world in shaping a future of equality and a future of recovery from the COVID-19 pandemic. At Interpeace, we reflect on the journey of our own in shaping a future of equality and a peaceful society - real-life champions and role models in peacebuilding.
Roya Elmuntaser est responsable des opérations du programme Libye d'Interpeace basé à Tripoli. Elle supervise les finances, les ressources humaines, la logistique et les aspects juridiques liés à notre travaildans ce pays . Ayant grandi dans une maison semi-traditionnelle dans la banlieue de Tripoli et classée parmi les meilleurs étudiants sur le plan académique, elle a obtenu un diplôme en économie et en sciences politiques, puis s'est spécialisée en comptabilité à l'Université de Tripoli. Elle a toujours rêvé d'avoir un emploi qui lui permettrait d’œuvrer à des changements positifs dans sa propre communauté. Elle est fière de faire partie d'Interpeace et de contribuer à une cause qui lui tient à cœur.

Roya Elmuntaser, Responsable des opérations, Programme Libye, Interpeace.

Her message to young women is to, “focus on the positives and don't overwhelm yourself with the negatives. It’s not always easy and simple to occupy a space but I assure you that you are much stronger and resilient than you think, so be kind to yourself”.
Renée Larivière est la directrice principale des programmes chez Interpeace, assurant le pilotage du travail de consolidation de la paix de l'organisation dans le monde entier. Son expérience dans plus de 30 pays met l'accent sur l'engagement des personnes face à la violence, la gestion des conflits et la promotion d'approches transformatrices des conflits. Elle fait preuve de leadership et transforme la façon d'encourager la paix, soulignant qu'il est important d'apporter cet objectif aux femmes et aux filles confrontées à ou sortant d'un conflit.
Pour elle, la consolidation de la paix implique trois principes fondamentaux : l'absence de violence structurelle, la paix et la sécurité pour tous et la paix fondée sur l'intégration des perspectives de genre. Enfin, elle met également l'accent sur la participation équitable aux processus de consolidation de la paix.

Deputy Director-General, Interpeace

Renée Larivière, directrice principale de la gestion des programmes, Interpeace

« Les femmes, moi y compris, trouvent le courage de s'exprimer dans leur vie de tous les jours à la fois professionnellement et personnellement. Pourtant, des barrières systémiques et sociales persistantes nous qualifient de fauteurs de troubles, quel que soit le contexte dans lequel vous travaillez ou vivez ». Cependant, elle note qu'en parlant, nous faisons non seulement preuve de courage, mais nous incitons également les autres à emboîter le pas.
« N’ayez pas peur de prendre la parole. Levez-vous, faites-vous entendre. Trouvez votre voix ! », dit Renée.
« La paix ne peut pas être construite de l'extérieur mais de l'intérieur », explique Abiosseh Davis, responsable mondial du suivi, de l'évaluation et de l'apprentissage d'Interpeace.
Abiosseh, née en Gambie et élevée aux États-Unis, était entourée de nombreuses femmes fortes dans son enfance. Elle souhaitait avoir un impact dans le monde mais aussi voir le monde autour d'elle après ses études. Sa première exposition au travail de développement, où elle a été témoin de l'exclusion des femmes, lui a fait penser que : « le développement ne devrait pas se faire ainsi ».
Sa philosophie faisait écho à la mission d'Interpeace et l'éthique de l’appropriation et de la facilitation locales et d’éviter de prendre en charge le processus. Elle a vu l'inclusion comme une réalité de travail par opposition à une idéologie conceptuelle et elle est fière de faire partie d'une organisation qui s'efforce de construire des sociétés plus inclusives.

Abiosseh Davis, responsable mondial du suivi, de l'évaluation et de l'apprentissage, Interpeace.

« J'ai toujours été une minorité partout où je suis allée. Je suis minoritaire là où je suis née, j'étais minoritaire là où j'ai grandi et étudié et je suis minoritaire là où je travaille actuellement. Mais ce travail me donne l'opportunité de donner la parole à des femmes comme moi dans le processus de construction de la paix », explique Abiosseh.
Son message aux jeunes filles et aux femmes est très clair : « Ne vous laissez pas enfermer dans une boîte, cherchez constamment des moyens de créer le type de vie que vous souhaitez vivre. Créez le genre d'attentes que vous souhaitez pour vous-mêmes et maintenez un sentiment d'ouverture et d'émerveillement. On ne sait jamais à quoi cela peut mener ».
As the world celebrates “Women in leadership: Achieving an equal future in a COVID-19 world,” we at Interpeace muse over the acute need for a world where young girls and women can turn their dreams into reality, not a world that is imposed and restricted. Girls and women can change the world, and be who they have dreamed of becoming. The world needs more women at every table where decisions are being made. The world needs women in leadership to stand up and take action, and the girls in their communities and schools to take on leadership. The world needs you.

UN Security Council gives a welcome boost to Youth, Peace and Security

The United Nations Security Council has adopted its third resolution on Youth, Peace and Security (YPS): UNSCR 2535. It signals the Security Council’s determination to drive forward practical action on YPS, and to do so in an integrated and coordinated way across the United Nations system as a whole.

There are still troubling indications that young people are seen as a ‘problem’ at risk of being radicalised and caught up in security challenges worldwide. The challenge now is to ensure that the Security Council’s political will is converted with resources and actions into effective implementation and delivery.

Interpeace was active in the lead-up to UNSC 2535 and is developing initiatives to support its implementation. Interpeace will also be publishing policy and practice briefings on YPS that are co-authored with young peacebuilders.

Crédits photo : CENAP

Co-sponsored by the Dominican Republic and France, the new UN Security Council Resolution (UNSCR) 2535 on Youth, Peace and Security (YPS) is the third and also the most action-oriented YPS resolution adopted by the UN Security Council so far. The Resolution provides guidance for the implementation of the YPS agenda both at the country and headquarters level in the UN system. The Resolution raises the bar in five key ways, which have been analysed in this briefing paper. In sum:

First, UNSCR 2535 cements the priority of the YPS in the UN by requiring joined-up action across the operational siloes across the UN, requiring the UN Secretary-General to submit biennial reports on the implementation YPS agenda, and requiring YPS thus to appear regularly on the Security Council’s agenda. This ensures that action will occur and that there will be accountability and transparency across the UN system.

Secondly, UNSCR 2535 reasserts and tightens the relationship between the global YPS agenda and the ‘Sustaining Peace’ agenda, and also consolidates connections with the ‘Women, Peace and Security’ agenda including a repeated commitment to the distinct experiences and roles of young women.

Thirdly, UNSCR 2535 recognises the demographic of youth through a peacebuilding lens and offers a powerful – and essential – vehicle to integrate peacebuilding and prevention efforts across all phases of peace and conflict cycles, not just in post-conflict contexts.

Fourth, UNSCR 2535 introduces new political commitments through its emphasis on meaningful participation of youth. This also goes beyond formally mediated peace processes, by acknowledging the value of youth participation in post-conflict humanitarian context including reconstruction, rehabilitation and recovery effort as well as in reconciliation processes. This builds positively on the two previous Security Resolutions on YPS (UNSCR 2250 of 2015 and UNSCR 2419 of 2018).

Fifthly, and perhaps of greatest significance, UNSCR 2535 recognises for the first time, “the structural barriers that limit the participation and capacity of young people”, acknowledging that this particularly impacts young women. It makes a reference to “protecting civic and political space” where young people can legitimately and freely express themselves, which is arguably precedent-setting in bridging the peace and security, and human rights pillars of the UN.

Finally, though, UNSCR 2535 also restores the problematic reference to the threat of youth radicalisation that had been excised from the earlier UNSCR 2419, as well as from the recent Presidential Statement which was adopted following the open debate organised by South Africa on “Youth Silencing the Guns by 2020”. In this respect, Resolution 2535 runs the risk of reinforcing the policy panic on youth and violent extremism and the ‘securitisation’ of the YPS agenda.

Photo Credit: Interpeace.

The concern about young people and extremist forms of violence can only be addressed satisfactorily when meaningful efforts are made to counter the “violence of exclusion” of young people.This sentiment was expressed by young people themselves in the “Missing Peace: Independent Progress Study on Youth, Peace and Security” report. Specifically through its reference to the United Nations Youth 2030 Strategy of the Secretary-General, the Resolution calls on governments to invest in the resilience, resourcefulness and inclusion of young people to build peace, rather than in risk-based approaches which project young people as a potential threat, alienate them, close down their arenas of political participation, and inhibit their engagement in peacebuilding.

Next Steps

As a practical follow-up to this Resolution, Interpeace plans to develop initiatives to support the implementation of UNSCR 2535, including in the areas of education for resilience; deepening young people’s participation in peace processes; developing youth-oriented ‘peace responsive’ peacebuilding programmes in the field; and, engaging in YPS through the intersection between peacebuilding and human rights.

In anticipation of the 5th Anniversary of UNSCR 2250 (the first ever Resolution on YPS), Interpeace will also produce a series of new policy and practice briefs co-authored by and amplifying the voices of young peacebuilders themselves. These policy and practice briefs will be published on this website in the coming months.

Click ici to read the full analysis.