Apr√®s les √©lections au Kenya : construire des communaut√©s fortes gr√Ęce √† la m√©diation

5 octobre, 2022

Si les √©lections d'ao√Ľt 2022 au Kenya se sont d√©roul√©es sans perturbation notable, la gestion des tensions intercommunautaires apr√®s les campagnes et la r√©solution des probl√®mes de longue date dans les zones identifi√©es comme des points chauds n√©cessitent un soutien continu et une m√©diation communautaire.

Dans les régions semi-arides et arides du nord et de l'est du Kenya, les tensions intercommunautaires et les différends concernant les ressources rares sont courants, en particulier pendant et immédiatement après les périodes électorales. La marginalisation politique et économique, l'exclusion et l'inégalité sont des problèmes omniprésents dans le Nord-Est et ont un impact négatif disproportionné sur la région. En raison de l'interaction complexe entre les tensions intercommunautaires, l'anxiété liée à la compétition électorale et l'allocation des ressources post-électorales, une médiation continue est nécessaire pour promouvoir la réconciliation politique, répondre aux tensions intercommunautaires apparues pendant les campagnes politiques et aux griefs concernant des problèmes de longue date dans les zones de conflit.

UWIANO, le Réseau des femmes médiatrices et la Commission nationale de cohésion et d'intégration (NCIC) ont collaboré à l'organisation d'un atelier de formation des médiateurs de deux jours. Ils ont reçu le soutien du Bureau de coordination résident des Nations Unies (RCO), d'Interpeace et du Forum du secteur de la paix du Conseil de développement des comtés frontaliers (FCDC), dont le panel indépendant de personnalités éminentes (IPEP) comprend des membres de l'équipe nationale de paix et de médiation. Plus de 100 médiateurs de Lamu, Wajir et Isiolo, trois comtés identifiés comme des foyers de conflit avant, pendant et après les élections, ont participé à la formation. Ils superviseront les aspects pratiques de l'engagement communautaire en étroite collaboration avec les membres des FCDC dans les comtés cibles.

La médiation des conflits devient de plus en plus courante. Cette situation est due au fait que des accords peuvent être conclus sur un large éventail de résolutions de conflits qui auraient été auparavant insolubles.

Bien que les m√©diateurs soient des membres respect√©s de leurs communaut√©s, plusieurs d'entre eux ne connaissent pas les principes de la m√©diation et ont une capacit√© limit√©e √† faciliter des processus de dialogue au niveau communautaire qui adh√®rent aux normes internationales. Les sessions de formation permettront d'approfondir la compr√©hension de la m√©diation, de ses processus et de son universalit√© ; de renforcer les capacit√©s des m√©diateurs en mati√®re d'analyse des conflits, d'analyse de l'√©conomie politique et de cartographie des parties prenantes pour une intervention efficace dans les comt√©s √† risque ; d'accro√ģtre les connaissances et la sensibilisation √† la sensibilit√© au genre et √† l'inclusion dans les processus de m√©diation (par exemple, le genre, la r√©solution 1325 du Conseil de s√©curit√© des Nations unies, ‚ÄėNe laisser personne de c√īt√©‚Äô) ; et de discuter des √©l√©ments cl√©s du dialogue communautaire avec un public communautaire.

Interpeace a constat√© que la m√©diation communautaire est un outil efficace pour maintenir la paix gr√Ęce √† des infrastructures de paix dirig√©es localement. Cette approche a √©t√© couronn√©e de succ√®s dans les villages situ√©s le long du corridor Kapedo-Lokori du Rift Nord, qui √©tait devenu notoire pour les conflits violents et les pertes de vies et de biens. M√™me si les hypoth√®ses et les valeurs qui guident le processus varient beaucoup d'un endroit √† l'autre, la m√©diation a √©t√© utilis√©e avec succ√®s pour promouvoir la paix dans de nombreux contextes culturels diff√©rents.