Interpeace présente la consolidation de la paix en ligne pour les communautés transfrontalières en Afrique de l'Ouest

4 mars, 2021

En temps normal, les équipes d'Interpeace facilitent le dialogue physique entre les communautés le long de la frontière Mali-Burkina Faso pour les aider à résoudre leurs conflits de manière pacifique. Mais, avec les restrictions imposées par les pays pour contenir la propagation du Covid-19, Zoom est devenu la nouvelle plateforme de dialogue entre communautés éloignées.

¬ę M√™me si la situation id√©ale √©tait de pouvoir rassembler les gens dans des espaces de dialogue o√Ļ ils peuvent interagir physiquement, avoir ces r√©unions via Zoom a √©t√© une alternative difficile mais r√©ussie pour surmonter les contraintes impos√©es par la Covid-19 ¬Ľ, a d√©clar√© Yann Marius Soma, chercheur √† Interpeace Burkina Faso.

La recrudescence des conflits sur les ressources et l'√©mergence de groupes de d√©fense autonomes locaux dans la r√©gion de Sikasso-Hauts Bassins qui s'√©tend du sud-est du Mali √† l'ouest du Burkina Faso fait craindre des affrontements violents majeurs. En raison des tensions croissantes entre les communaut√©s de l'autre c√īt√© de la fronti√®re et de la pr√©sence limit√©e des forces de s√©curit√© et de d√©fense nationales dans la r√©gion, Interpeace a commenc√© √† mettre en Ňďuvre un projet de consolidation de la paix transfrontalier, en janvier 2020, pour favoriser la coh√©sion sociale et pr√©venir la violence.

La pand√©mie de Covid-19 a cependant perturb√© certaines activit√©s physiques de cette initiative int√©gr√©e de consolidation de la paix en privant les populations d'interactions sur site. Aujourd'hui, celles-ci se sont d√©plac√©es en ligne pour maintenir le contact social et am√©liorer la coh√©sion entre les communaut√©s tout en gardant une distance physique s√Ľre.

¬ę Les t√©l√©conf√©rences ont offert √† notre √©quipe de recherche un espace pour poursuivre les consultations transfrontali√®res qui ont commenc√© il y a un an. Cette premi√®re exp√©rience doit √™tre consolid√©e pour r√©soudre les d√©fis li√©s aux restrictions de d√©placements de part et d'autre de la fronti√®re pendant cette pand√©mie de Covid-19 ¬Ľ, a d√©clar√© Fatoumata Mah Traor√©, chercheur √† l'Institut malien de recherche action pour la paix (IMRAP).

Au total, 164 personnes de quatre communes du Mali et du Burkina Faso ont particip√© aux s√©ances de dialogue virtuel. Quatre-vingt-cinq d‚Äôentre elles venaient de Napasso, Bezansso, Kohony, H√®r√®makono, Kouloukan et Missidougou ‚Äď qui sont tous des villages recul√©s des communes de Danderesso et Finkolo au Mali. Les 79 autres participants venaient des villages de Koloko, Sifarasso, Sintasso, Sindo, Gondaga et Fanfi√©l√† dans les communes de Koloko et Sindo au Burkina Faso.

¬ę Se parler par t√©l√©conf√©rence ne nous a pas emp√™ch√©s de nous exprimer ou de dialoguer avec nos fr√®res du Mali. Tout ce que nous avons dit ce matin venait du cŇďur. M√™me devant les Maliens, c'est exactement ce que nous allions dire ¬Ľ, a expliqu√© Traor√© Adama, qui repr√©sentait le chef du village de Sindo.

Et d'ajouter : ¬ę Compte tenu de la tension qui a commenc√© √† monter au cours de la discussion, si nous nous √©tions rencontr√©s physiquement, la col√®re se serait empar√©e de certaines personnes. Le dialogue d'aujourd'hui √©tait vraiment bon tel qu'il est arriv√© ¬Ľ.

Nos √©quipes au Mali et au Burkina Faso ont parfois √©t√© confront√©es √† des d√©fis logistiques qu'il s'agisse d'une mauvaise connexion Internet ou de difficult√©s √† faciliter ces r√©unions en ligne √† distance ‚Äď mais se sont constamment adapt√©es pour les surmonter.

¬ę Je vous remercie pour cette initiative. Animer une rencontre virtuelle entre les diff√©rents villages frontaliers est la preuve de votre engagement pour la r√©ussite de ce projet. Nous avons utilis√© cet espace pour nous exprimer sans traverser la fronti√®re ¬Ľ, a d√©clar√© Sidiki Dao, l'un des participants au Mali.

Les t√©l√©conf√©rences ont √©t√© organis√©es en deux phases. La premi√®re s'est d√©roul√©e du 15 au 18 f√©vrier et la seconde du 23 au 26 f√©vrier 2021. Au total, huit groupes de discussion ont particip√© aux r√©unions en ligne, engageant des dialogues qui ont dur√© quatre heures par jour. Cette initiative transfrontali√®re de consolidation de la paix d'une dur√©e de deux ans a √©t√© lanc√©e en janvier 2020 et est mise en Ňďuvre en partenariat avec l'IMRAP, avec le soutien financier de la Fondation PATRIP.